• Refine Query
  • Source
  • Publication year
  • to
  • Language
  • 13
  • 6
  • 2
  • Tagged with
  • 21
  • 21
  • 5
  • 5
  • 5
  • 5
  • 4
  • 4
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 2
  • About
  • The Global ETD Search service is a free service for researchers to find electronic theses and dissertations. This service is provided by the Networked Digital Library of Theses and Dissertations.
    Our metadata is collected from universities around the world. If you manage a university/consortium/country archive and want to be added, details can be found on the NDLTD website.
1

Priors PAC-Bayes avec covariance pleine qui dépendent de la distribution source

Alain, Mathieu 09 November 2022 (has links)
L'ambition du présent mémoire est la présentation d'un ensemble de principes appelés la théorie PAC-Bayes. L'approche offre des garanties de type PAC aux algorithmes d'apprentissage bayésiens généralisés. Le mémoire traite essentiellement des cas où la distribution prior dépend des données. Le mémoire est divisé en trois chapitres. Le premier chapitre détaille les notions de base en apprentissage automatique. Il s'agit d'idées nécessaires à la bonne compréhension des deux chapitres subséquents. Le deuxième chapitre présente et discute de la théorie PAC-Bayes. Finalement, le troisième chapitre aborde l'idée d'une garantie PAC-Bayes où le prior dépend des données. Il y a deux contributions principales. La première contribution est une formulation analytique du risque empirique espéré pour les distributions elliptiques. La seconde contribution est une extension du travail de Parrado-Hernández et al. (34). En effet, il s'agit du développement d'une garantie PAC-Bayes avec un prior espérance non sphérique. / The ambition of this thesis is to present a set of principles called the PAC-Bayes theory. The approach provides PAC-like guarantees for generalised Bayesian learning algorithms. This thesis deals essentially with cases where the prior distribution is data dependent. The paper is divided into three chapters. The first chapter details the core concepts of machine learning. These are ideas that are necessary for a good understanding of the two subsequent chapters. The second chapter presents and discusses the PAC-Bayes theory. Finally, the third chapter addresses the idea of a PAC-Bayes guarantee where the prior depend on the data. There are two main contributions. The first contribution is an analytical formulation of the empirical expected risk for elliptical distributions. The second contribution is an extension of the work of Parrado-Hernández et al. (34). Indeed, it is the development of a PAC-Bayes guarantee with a non-spherical prior expectation.
2

Priors PAC-Bayes avec covariance pleine qui dépendent de la distribution source

Alain, Mathieu 09 November 2022 (has links)
L'ambition du présent mémoire est la présentation d'un ensemble de principes appelés la théorie PAC-Bayes. L'approche offre des garanties de type PAC aux algorithmes d'apprentissage bayésiens généralisés. Le mémoire traite essentiellement des cas où la distribution prior dépend des données. Le mémoire est divisé en trois chapitres. Le premier chapitre détaille les notions de base en apprentissage automatique. Il s'agit d'idées nécessaires à la bonne compréhension des deux chapitres subséquents. Le deuxième chapitre présente et discute de la théorie PAC-Bayes. Finalement, le troisième chapitre aborde l'idée d'une garantie PAC-Bayes où le prior dépend des données. Il y a deux contributions principales. La première contribution est une formulation analytique du risque empirique espéré pour les distributions elliptiques. La seconde contribution est une extension du travail de Parrado-Hernández et al. (34). En effet, il s'agit du développement d'une garantie PAC-Bayes avec un prior espérance non sphérique. / The ambition of this thesis is to present a set of principles called the PAC-Bayes theory. The approach provides PAC-like guarantees for generalised Bayesian learning algorithms. This thesis deals essentially with cases where the prior distribution is data dependent. The paper is divided into three chapters. The first chapter details the core concepts of machine learning. These are ideas that are necessary for a good understanding of the two subsequent chapters. The second chapter presents and discusses the PAC-Bayes theory. Finally, the third chapter addresses the idea of a PAC-Bayes guarantee where the prior depend on the data. There are two main contributions. The first contribution is an analytical formulation of the empirical expected risk for elliptical distributions. The second contribution is an extension of the work of Parrado-Hernández et al. (34). Indeed, it is the development of a PAC-Bayes guarantee with a non-spherical prior expectation.
3

On the generalization properties of VC classes and application to decision trees

Leboeuf, Jean-Samuel 01 May 2023 (has links)
Titre de l'écran-titre (visionné le 27 février 2023) / La théorie « Vapnik-Chervonenkis » (VC) est un sous-domaine de la théorie de l'apprentissage automatique qui offre un moyen de comprendre la notion de généralisation d'un algorithme d'apprentissage en bornant le taux d'erreur des prédicteurs par l'utilisation d'outils combinatoires, tels que la dimension VC et la fonction de croissance. Bien que des pistes de recherche récentes indiquent que la théorie VC n'est pas le bon cadre pour comprendre la généralisation dans les réseaux de neurones profonds (Zhang et al., 2021), elle reste pertinente pour les modèles interprétables basés sur des décisions à seuil ferme, comme les arbres de décision et les formules booléennes. Pourtant, les bornes de généralisation pour les classes VC n'ont pas connu d'améliorations substantielles depuis près d'une décennie, et les propriétés combinatoires des arbres de décision, nécessaires à l'application de ces bornes, sont encore mal comprises. Dans cette thèse, nous abordons ces deux problèmes de deux manières distinctes, présentées en deux parties différentes. Dans la première partie, nous améliorons significativement les bornes de généralisation pour les classes VC à l'aide de deux idées majeures. Premièrement, nous évitons d'utiliser les inégalités de concentration en inversant la queue de l'hypergéométrique pour obtenir une borne supérieure non-uniforme, très serrée et indépendante de la distribution, sur le risque pour les classes VC. Ensuite, l'utilisation de l'inversion de la queue de l'hypergéométrique permet d'optimiser l'astuce de l'échantillon fantôme pour obtenir des gains supplémentaires non négligeables. Ces améliorations sont ensuite utilisées pour dériver une borne de déviation relative, une borne pour les classificateurs multiclasses à marge, ainsi qu'une borne inférieure. Dans nos dérivations, nous prenons soin d'introduire aussi peu d'approximations que possible afin de réduire au minimum les facteurs constants de la borne. Des comparaisons numériques montrent que la nouvelle borne est presque toujours informative et qu'elle est plus serrée que toute autre borne VC courante pour toutes des tailles raisonnables de jeux de données. Ensuite, dans la deuxième partie, nous revisitons les arbres de décision binaires du point de vue des partitions des données. Nous introduisons la notion de fonction de partitionnement, et nous la relions à la fonction de croissance et à la dimension VC. Nous considérons trois types d'attributs : à valeur réelle, catégorique ordinale et catégorique nominale, chacune avec des règles de décision différentes. Pour chaque type d'attribut, nous bornons supérieurement la fonction de partitionnement des souches de décision avant d'étendre les bornes aux arbres de décision généraux (avec n'importe quelle structure fixe) en utilisant une approche récursive. Parmi les nouveaux résultats les plus notables, nous obtenons que la dimension VC exacte des souches de décision sur des exemples de *ℓ* attributs à valeurs réelles est donnée par le plus grand entier *d* tel que $2\ell\geq \bigl(\begin{smallmatrix} d \\\left \lfloor \frac{d}{2}\right \rfloor \end{smallmatrix}\bigr)$. De plus, nous montrons que la dimension VC d'une structure d'arbre binaire avec $L_T$ feuilles sur des exemples de *ℓ* attributs à valeurs réelles est de l'ordre de $O(L_T\,log(L_T\ell))$. Enfin, nous élaborons un algorithme d'élagage basé sur ces résultats qui surpasse les populaires algorithmes d'élagage *cost-complexity* (C4.5) et *reduced-error* (ID3) sur de nombreux jeux de données, avec l'avantage qu'aucune validation croisée n'est nécessaire. / Vapnik-Chervonenkis (VC) theory is a subfield of theoretical machine learning that offers a way to understand the notion of generalization of a learning algorithm by bounding the error rate of predictors through the use of combinatorial tools, such as the VC dimension and the growth function. Although recent research avenues indicate that VC theory is not the right framework to understand generalization in deep neural networks (Zhang et al., 2021), it is still relevant for interpretable models based on hard threshold decisions, such as decision trees and Boolean formulas. Yet, generalization bounds for VC classes have not seen any substantial improvement for nearly a decade now, and the combinatorial properties of decision trees, needed for these bounds to apply, are still poorly understood. In this thesis, we tackle both of these problems in two distinct ways, presented in two different parts. In the first part, we significantly improve the generalization bounds for VC classes by using two main ideas. First, we avoid making use of concentration inequalities by considering the hypergeometric tail inversion to obtain a very tight non-uniform distribution-independent risk upper bound for VC classes. Second, the use of the hypergeometric tail inversion allows us to optimize the ghost sample trick to procure further non-negligible gains. These improvements are then used to derive a relative deviation bound, a multiclass margin bound, as well as a lower bound. In our derivations, we are careful to introduce as few approximations as possible in order to bring to a minimum the constant factors of the bounds. Numerical comparisons show that the new bound is nearly never vacuous and is tighter than other common VC bounds for all reasonable data set sizes. Then, in the second part, we revisit binary decision trees from the perspective of partitions of the data. We introduce the notion of partitioning function, and we relate it to the growth function and to the VC dimension. We consider three types of features: real-valued, categorical ordinal and categorical nominal, all with different split rules. For each feature type, we upper bound the partitioning function of the class of decision stumps before extending the bounds to the class of general decision tree (of any fixed structure) using a recursive approach. Amongst the most notable new results, we find that the exact VC dimension of decision stumps on examples of *ℓ* real-valued features is given by the largest integer *d* such that $2\ell\geq \bigl(\begin{smallmatrix} d \\\left \lfloor d\over2\right \rfloor \end{smallmatrix}\bigr)$. Furthermore, we show that the VC dimension of a binary tree structure with $L_T$ leaves on examples of *ℓ* real-valued features is of order $(L_T\,log(L_T\ell))$). Finally, we elaborate a pruning algorithm based on these results that outperforms cost-complexity (C4.5) and reduced-error pruning algorithms on a number of data sets, with the advantage that no cross-validation is required.
4

A quality model considering program architecture

Khosravi, Khashayar January 2005 (has links)
Mémoire numérisé par la Direction des bibliothèques de l'Université de Montréal.
5

Representation learning for few-shot image classification

Afrasiyabi, Arman 20 July 2022 (has links)
En tant qu'algorithmes d'apprentissage automatique à la pointe de la technologie, les réseaux de neurones profonds nécessitent de nombreux exemples pour bien fonctionner sur une tâche d'apprentissage. La collecte et l'annotation de multiples échantillons nécessitent un travail humain important et c'est même impossible dans la plupart des problèmes du monde réel tel que l'analyse de données biomédicales. Dans le contexte de la vision par ordinateur, la classification d'images à quelques plans vise à saisir la capacité humaine à apprendre de nouveaux concepts avec peu de supervision. À cet égard, l'idée générale est de transférer les connaissances des catégories de base avec plus d'encadrement vers des classes nouvelles avec peu d'exemples. En particulier, les approches actuelles d'apprentissage à quelques coups pré entraînent un modèle sur les classes de base disponible pour généraliser aux nouvelles classes, peut-être avec un réglage fin. Cependant, la généralisation du modèle actuel est limitée en raison de certaines hypothèses lors de la préformation et de restrictions lors de l'étape de mise au point. Cette thèse vise à assouplir trois hypothèses des modèles d'apprentissage à quelques plans actuels et nous proposons un apprentissage de représentation pour la classification d'images à quelques plans. Tout d'abord, le gel d'un modèle préformé semble inévitable dans la phase de réglage fin en raison de la forte possibilité de surentraînement sur quelques exemples. Malheureusement, l'apprentissage par transfert avec une hypothèse de modèle gelé limite la capacité du modèle puisque le modèle n'est pas mis à jour avec aucune connaissance des nouvelles classes. Contrairement au gel d'un modèle, nous proposons un alignement associatif qui permet d'affiner et de mettre à jour le réseau sur de nouvelles catégories. Plus précisément, nous présentons deux stratégies qui détectent et alignent les nouvelles classes sur les catégories de base hautement liées. Alors que la première stratégie pousse la distribution des nouvelles classes au centre de leurs catégories de base associées, la seconde stratégie effectue une correspondance de distribution à l'aide d'un algorithme d'entraînement contradictoire. Dans l'ensemble, notre alignement associatif vise à éviter le surentraînement et à augmenter la capacité du modèle en affinant le modèle à l'aide de nouveaux exemples et d'échantillons de base associés. Deuxièmement, les approches actuelles d'apprentissage à quelques coups effectuent le transfert de connaissances vers de nouvelles classes distinctes sous l'hypothèse uni modale, où tous les exemples d'une seule classe sont représentés par un seul cluster. Au lieu de cela, nous proposons une approche d'apprentissage de l'espace des caractéristiques basée sur le mélange (MixtFSL) pour déduire une représentation multimodale. Alors qu'un précédent travail basé sur un modèle de mélange d'Allen et al. citeallen2019infinite est basé sur une méthode de clusters classique de manière non différentielle, notre MixtFSL est un nouveau modèle multimodale de bout en bout et entièrement différentielle. MixtFSL capture la multimodale des classes de base sans aucun algorithme de clusters classique à l'aide d'un cadre en deux étapes. La première phase s'appeler formation initiale et vise à apprendre la représentation préliminaire du mélange avec une paire de fonctions de perte. Ensuite, l'étape suivante progressive, la deuxième étape, stabilise la formation avec un cadre de formation de type enseignant-élève utilisant une fonction de perte unique. Troisièmement, contrairement aux techniques actuelles à quelques prises de vue consistant à représenter chaque exemple d'entrée avec une seule entité à la fin du réseau, nous proposons un extracteur d'entités d'ensemble et des ensembles d'entités correspondantes qui assouplissent l'hypothèse typique basée sur une seule entité en raisonnant sur des ensembles d'entités. Ici, nous émettons l'hypothèse que l'hypothèse d'une seule caractéristique est problématique dans la classification d'images à quelques prises de vue puisque les nouvelles classes sont différentes des classes de base préformées. À cette fin, nous proposons nouvel extracteur de caractéristiques d'ensemble d'apprentissage profond basé sur les réseaux de neurones hybrides convolution-attention. De plus, nous suggérons trois métriques ensemble à ensemble non paramétriques pour séduire la classe de l'entrée donnée. Cette thèse utilise plusieurs indicateurs standards publiés dans la littérature sur l'apprentissage en peu d'exemples et l'ossature de réseau pour évaluer les méthodes que nous proposons. / As the current state-of-the-art machine learning algorithms, deep neural networks require many examples to perform well on a learning task. Gathering and annotating many samples requires significant human labor, and it is even impossible in most real-world problems such as biomedical data analysis. Under the computer vision context, few-shot image classification aims at grasping the human ability to learn new concepts with little supervision. In this respect, the general idea is to transfer knowledge from base categories with more supervision to novel classes with few examples. In particular, the current few-shot learning approaches pre-train a model on available base classes to generalize to the novel classes, perhaps with fine-tuning. However, the current model's generalization is limited because of some assumptions in the pre-training and restrictions in the fine-tuning stage. This thesis aims to relax three assumptions of the current few-shot learning models, and we propose representation learning for few-shot image classification. First, freezing a pre-trained model looks inevitable in the fine-tuning stage due to the high possibility of overfitting on a few examples. Unfortunately, transfer learning with a frozen model assumption limits the model capacity since the model is not updated with any knowledge of the novel classes. In contrast to freezing a model, we propose associative alignment that enables fine-tuning and updating the network on novel categories. Specifically, we present two strategies that detect and align the novel classes to the highly related base categories. While the first strategy pushes the distribution of the novel classes to the center of their related base categories, the second strategy performs distribution matching using an adversarial training algorithm. Overall, our associative alignment aims to prevent overfitting and increase the model capacity by refining the model using novel examples and related base samples. Second, the current few-shot learning approaches perform transferring knowledge to distinctive novel classes under the uni-modal assumption, where all the examples of a single class are represented with a single cluster. Instead, we propose a mixture-based feature space learning (MixtFSL) approach to infer a multi-modal representation. While a previous mixture-model-based work of Allen et al. [1] is based on a classical clustering method in a non-differentiable manner, our MixtFSL is a new end-to-end multi-modal and fully differentiable model. MixtFSL captures the multi-modality of base classes without any classical clustering algorithm using a two-stage framework. The first phase is called initial training and aims to learn preliminary mixture representation with a pair of loss functions. Then, the progressive following stage, the second stage, stabilizes the training with a teacher-student kind of training framework using a single loss function. Third, unlike the current few-shot techniques of representing each input example with a single feature at the end of the network, we propose a set feature extractor and matching feature sets that relax the typical single feature-based assumption by reasoning on feature sets. Here, we hypothesize that the single feature assumption is problematic in few-shot image classification since the novel classes are different from pre-trained base classes. To this end, we propose a new deep learning set feature extractor based on the hybrid convolution-attention neural networks. Additionally, we offer three non-parametric set-to-set metrics to infer the class of the given input. This thesis employs several standard benchmarks of few-shot learning literature and network backbones to evaluate our proposed methods.
6

Inferring phenotypes from genotypes with machine learning : an application to the global problem of antibiotic resistance

Drouin, Alexandre 23 May 2019 (has links)
Tableau d’honneur de la Faculté des études supérieures et postdoctorales, 2018-2019 / La compréhension du lien entre les caractéristiques génomiques d’un individu, le génotype, et son état biologique, le phénotype, est un élément essentiel au développement d’une médecine personnalisée où les traitements sont adaptés à chacun. Elle permet notamment d’anticiper des maladies, d’estimer la réponse à des traitements et même d’identifier de nouvelles cibles pharmaceutiques. L’apprentissage automatique est une science visant à développer des algorithmes capables d’apprendre à partir d’exemples. Ces algorithmes peuvent être utilisés pour produire des modèles qui estiment des phénotypes à partir de génotypes, lesquels peuvent ensuite être étudiés pour élucider les mécanismes biologiques sous-jacents aux phénotypes. Toutefois, l’utilisation d’algorithmes d’apprentissage dans ce contexte pose d’importants défis algorithmiques et théoriques. La haute dimensionnalité des données génomiques et la petite taille des échantillons de données peuvent mener au surapprentissage; le volume des données requiert des algorithmes adaptés qui limitent leur utilisation des ressources computationnelles; et finalement, les modèles obtenus doivent pouvoir être interprétés par des experts du domaine, ce qui n’est pas toujours possible. Cette thèse présente des algorithmes d’apprentissage produisant des modèles interprétables pour la prédiction de phénotypes à partir de génotypes. En premier lieu, nous explorons la prédiction de phénotypes discrets à l’aide d’algorithmes à base de règles. Nous proposons de nouvelles implémentations hautement optimisées et des garanties de généralisation adaptées aux données génomiques. En second lieu, nous nous intéressons à un problème plus théorique, soit la régression par intervalles, et nous proposons deux nouveaux algorithmes d’apprentissage, dont un à base de règles. Finalement, nous montrons que ce type de régression peut être utilisé pour prédire des phénotypes continus et que ceci mène à des modèles plus précis que ceux des méthodes conventionnelles en présence de données censurées ou bruitées. Le thème applicatif de cette thèse est la prédiction de la résistance aux antibiotiques, un problème de santé publique d’envergure mondiale. Nous démontrons que nos algorithmes peuvent servir à prédire, de façon très précise, des phénotypes de résistance, tout en contribuant à en améliorer la compréhension. Ultimement, nos algorithmes pourront servir au développement d’outils permettant une meilleure utilisation des antibiotiques et un meilleur suivi épidémiologique, un élément clé de la solution à ce problème. / A thorough understanding of the relationship between the genomic characteristics of an individual (the genotype) and its biological state (the phenotype) is essential to personalized medicine, where treatments are tailored to each individual. This notably allows to anticipate diseases, estimate response to treatments, and even identify new pharmaceutical targets. Machine learning is a science that aims to develop algorithms that learn from examples. Such algorithms can be used to learn models that estimate phenotypes based on genotypes, which can then be studied to elucidate the biological mechanisms that underlie the phenotypes. Nonetheless, the application of machine learning in this context poses significant algorithmic and theoretical challenges. The high dimensionality of genomic data and the small size of data samples can lead to overfitting; the large volume of genomic data requires adapted algorithms that limit their use of computational resources; and importantly, the learned models must be interpretable by domain experts, which is not always possible. This thesis presents learning algorithms that produce interpretable models for the prediction of phenotypes based on genotypes. Firstly, we explore the prediction of discrete phenotypes using rule-based learning algorithms. We propose new implementations that are highly optimized and generalization guarantees that are adapted to genomic data. Secondly, we study a more theoretical problem, namely interval regression. We propose two new learning algorithms, one which is rule-based. Finally, we show that this type of regression can be used to predict continuous phenotypes and that this leads to models that are more accurate than those of conventional approaches in the presence of censored or noisy data. The overarching theme of this thesis is an application to the prediction of antibiotic resistance, a global public health problem of high significance. We demonstrate that our algorithms can be used to accurately predict resistance phenotypes and contribute to the improvement of their understanding. Ultimately, we expect that our algorithms will take part in the development of tools that will allow a better use of antibiotics and improved epidemiological surveillance, a key component of the solution to this problem.
7

Détection de faussetés dans les données personnelles soumises par des clients d'assurance

Sadeghpour Gildeh, Saeideh 01 March 2024 (has links)
Titre de l'écran-titre (visionné le 26 février 2024) / Dans l'ère numérique actuelle, l'apprentissage automatique, une branche de l'intelligence artificielle, est en train de révolutionner de nombreux secteurs, y compris celui de l'assurance. L'importance d'une évaluation précise des risques est cruciale dans le secteur des assurances, où la détermination de l'admissibilité d'un client à un type d'assurance spécifique est au cœur du processus de souscription. Traditionnellement, cette évaluation s'appuie sur des informations fournies par les clients, telles que leur état de santé, leur consommation de tabac ou d'alcool, et peut même inclure des examens médicaux, comme des tests d'urine pour détecter la présence de substances spécifiques. Cependant, l'intégrité des réponses fournies pose souvent problème. Par exemple, certains clients peuvent sous-déclarer leur consommation de tabac, influençant ainsi les décisions de souscription et les tarifications. Dans ce contexte, les compagnies d'assurance sont souvent contraintes de réaliser des tests médicaux coûteux pour valider les déclarations des clients. Toutefois, grâce à l'apprentissage automatique, nous pouvons potentiellement réduire ces coûts. En développant des modèles prédictifs pour détecter les fumeurs basés sur d'autres informations fournies, il est possible de réduire considérablement sur les coûts. Avec l'apprentissage automatique, nous pouvons analyser de grandes quantités de données, identifier des modèles et faire des prédictions avec une précision élevée. Cette approche ouvre la voie à des processus d'assurance plus optimisés et axés sur les données. En utilisant l'apprentissage automatique, en particulier les algorithmes de classification, nous exploitons des données d'assurance-vie pour prédire si les individus falsifient leurs réponses concernant leur statut de fumeur. Nous mettons en œuvre de nouvelles approches pour traiter les valeurs manquantes, en prenant en compte les aspects humains des données. De plus, nous introduisons une modification de l'algorithme de classification *Set Covering Machine* pour répondre aux défis associés aux coûts des erreurs lors des demandes d'assurance-vie. / In today's digital age, machine learning, a branch of artificial intelligence, is revolutionizing numerous sectors, including insurance. Accurate risk assessment is crucial in the insurance industry, where determining a client's eligibility for a specific type of insurance is central to the underwriting process. Traditionally, this assessment relies on information provided by clients, such as their health status, tobacco or alcohol consumption, and can even include medical examinations, like urine tests to detect specific substances. However, the integrity of the responses provided often poses challenges. For instance, some clients might under-report their tobacco consumption, subsequently influencing underwriting decisions and pricing. In this context, insurance companies often find themselves compelled to conduct costly medical tests to validate client statements. Nevertheless, with the aid of machine learning, we can potentially reduce these costs. By developing predictive models to identify smokers based on other provided information, there's potential for significant savings on testing costs. Thanks to machine learning, we can analyze vast amounts of data, identify patterns, and make predictions with more precision. This approach not only improves the reliability of eligibility assessments but also paves the way for more optimized, data-driven insurance processes. Using machine learning, particularly classification algorithms, we utilized life insurance data to predict whether individuals falsify their responses regarding their smoking status. We implemented new approaches to handle missing values, taking into account the human aspects of the data. Furthermore, we introduced a modification to the *Set Covering Machine* classification algorithm to address the challenges associated with the costs of errors in life insurance applications.
8

Estimation de l'impact du changement dans les programmes à objets

Cheikhi, Laila January 2004 (has links)
Mémoire numérisé par la Direction des bibliothèques de l'Université de Montréal.
9

Estimation de la qualité du produit logiciel : réseaux Bayésiens

El Aoumari, Sanaa January 2005 (has links)
Mémoire numérisé par la Direction des bibliothèques de l'Université de Montréal.
10

Nouveaux Algorithmes pour l'Apprentissage de Machines à Vecteurs Supports sur de Grandes Masses de Données

Bordes, Antoine 09 February 2010 (has links) (PDF)
Internet ainsi que tous les moyens numériques modernes disponibles pour communiquer, s'informer ou se divertir génèrent des données en quantités de plus en plus importantes. Dans des domaines aussi variés que la recherche d'information, la bio-informatique, la linguistique computationnelle ou la sécurité numérique, des méthodes automatiques capables d'organiser, classifier, ou transformer des téraoctets de données apportent une aide précieuse. L'apprentissage artificiel traite de la conception d'algorithmes qui permettent d'entraîner de tels outils à l'aide d'exemples d'apprentissage. Utiliser certaines de ces méthodes pour automatiser le traitement de problèmes complexes, en particulier quand les quantités de données en jeu sont insurmontables pour des opérateurs humains, paraît inévitable. Malheureusement, la plupart des algorithmes d'apprentissage actuels, bien qu'efficaces sur de petites bases de données, présentent une complexité importante qui les rend inutilisables sur de trop grandes masses de données. Ainsi, il existe un besoin certain dans la communauté de l'apprentissage artificiel pour des méthodes capables d'être entraînées sur des ensembles d'apprentissage de grande échelle, et pouvant ainsi gérer les quantités colossales d'informations générées quotidiennement. Nous développons ces enjeux et défis dans le Chapitre 1. Dans ce manuscrit, nous proposons des solutions pour réduire le temps d'entraînement et les besoins en mémoire d'algorithmes d'apprentissage sans pour autant dégrader leur précision. Nous nous intéressons en particulier aux Machines à Vecteurs Supports (SVMs), des méthodes populaires utilisées en général pour des tâches de classification automatique mais qui peuvent être adaptées à d'autres applications. Nous décrivons les SVMs en détail dans le Chapitre 2. Ensuite, dans le Chapitre 3, nous étudions le processus d'apprentissage par descente de gradient stochastique pour les SVMs linéaires. Cela nous amène à définir et étudier le nouvel algorithme, SGD-QN. Après cela, nous introduisons une nouvelle procédure d'apprentissage : le principe du “Process/Reprocess”. Nous déclinons alors trois algorithmes qui l'utilisent. Le Huller et LaSVM sont présentés dans le Chapitre 4. Ils servent à apprendre des SVMs destinés à traiter des problèmes de classification binaire (décision entre deux classes). Pour la tˆache plus complexe de prédiction de sorties structurées, nous modifions par la suite en profondeur l'algorithme LaSVM, ce qui conduit à l'algorithme LaRank présenté dans le Chapitre 5. Notre dernière contribution concerne le problème récent de l'apprentissage avec une supervision ambigüe pour lequel nous proposons un nouveau cadre théorique (et un algorithme associé) dans le Chapitre 6. Nous l'appliquons alors au problème de l'étiquetage sémantique du langage naturel. Tous les algorithmes introduits dans cette thèse atteignent les performances de l'état-de-l'art, en particulier en ce qui concerne les vitesses d'entraînement. La plupart d'entre eux ont été publiés dans des journaux ou actes de conférences internationaux. Des implantations efficaces de chaque méthode ont également été rendues disponibles. Dans la mesure du possible, nous décrivons nos nouveaux algorithmes de la manière la plus générale possible afin de faciliter leur application à des tâches nouvelles. Nous esquissons certaines d'entre elles dans le Chapitre 7.

Page generated in 0.0846 seconds