• Refine Query
  • Source
  • Publication year
  • to
  • Language
  • 580
  • 29
  • 23
  • 4
  • 1
  • 1
  • 1
  • Tagged with
  • 714
  • 714
  • 714
  • 714
  • 48
  • 47
  • 47
  • 45
  • 43
  • 43
  • 35
  • 30
  • 27
  • 27
  • 26
  • About
  • The Global ETD Search service is a free service for researchers to find electronic theses and dissertations. This service is provided by the Networked Digital Library of Theses and Dissertations.
    Our metadata is collected from universities around the world. If you manage a university/consortium/country archive and want to be added, details can be found on the NDLTD website.
1

Intégration du lien consommateur-ressource dans l'étude de l'influence des activités humaines sur l'hivernage des bernaches cravant dans un écosystème littoral fortement anthropisé

Desmonts, Diane 30 November 2007 (has links) (PDF)
Les activités humaines peuvent entraîner des modifications de comportement et de distribution spatiale chez les animaux susceptibles d'avoir un impact non négligeable au niveau de leur population. Pour des espèces migratrices, elles peuvent rendre un site d'hivernage inutilisable en raison d'un dérangement trop important, obligeant les individus à utiliser d'autres sites. Dans ces sites de report, le niveau d'interférence risque d'être plus élevé ce qui peut entraîner une diminution de l'efficacité alimentaire de tout ou partie des individus. Cependant, l'influence des activités humaines ne peut être évaluée correctement sans tenir compte, dans ce cas précis, des ressources alimentaires de l'espèce étudiée. Le travail de cette thèse a été d'intégrer le lien consommateur-ressource dans l'étude de l'influence des activités humaines. Le sujet a porté plus précisément sur l'hivernage de la bernache cravant Branta bernicla dans le golfe du Morbihan (Bretagne Sud), où elle s'alimente essentiellement de phanérogames marines : des zostères, dont la zostère naine Zostera noltii. Nous avons caractérisé la relation bernaches-Z. noltii, en termes de distribution essentiellement, à trois échelles spatiales et temporelles imbriquées. De l'évolution en trente ans de la distribution sur l'ensemble du golfe à la position par rapport à la lame d'eau lors d'un cycle tidal, nous avons montré que les ressources alimentaires conditionnaient largement la distribution des bernaches, ainsi que leur comportement à l'échelle du groupe. Nous avons également montré que les activités humaines sont susceptibles de modifier cette relation. En effet, selon leur type, leur position et la taille du groupe de bernaches, le coût énergétique potentiel qu'elles entraînent pourrait conduire certains individus à éviter certains herbiers, ce coût étant trop élevé pour être compensé par un temps d'alimentation plus long. Ce travail a donc contribué à une catégorisation plus générale et robuste des activités humaines en terme de coût potentiel sur les oiseaux hivernant. Si ce travail a permis de mieux comprendre le rôle majeur des ressources dans la distribution des bernaches en hivernage, ainsi que la façon dont les activités humaines peuvent influer sur cette relation, il s'est aussi inscrit dans une démarche de définition d'indicateur d'état des herbiers de zostères. Et nos résultats suggèrent que le comportement et la distribution des bernaches sont de bons indicateurs de l'état de ces herbiers à l'échelle locale mais également régionale.
2

ECOLOGIE DES TRICOTS RAYES DE NOUVELLE-CALEDONIE

Brischoux, Francois 10 December 2007 (has links) (PDF)
Les organismes vivants utilisent des ressources pour vivre, croître et se reproduire.Derrière ce lieu commun se cache une théorie importante en Ecologie : la théorie desTraits d'Histoire de Vie (voir Stearns 1992, par exemple). Selon cette théorie, lesindividus optimisent l'utilisation de ressources limitées (ressources alimentaires,habitat, mais aussi partenaire sexuel entre autres) afin de maximiser des traits telsque la croissance, la survie ou la reproduction. Dans le cadre de la théorie de lasélection naturelle, les individus favorisés sont ceux qui adoptent les stratégiesd'acquisition des ressources les plus efficaces dans un environnement donné. Ceconcept très simple est extrêmement puissant pour comprendre l'écologie et lavariété des stratégies adoptées par les espèces, les populations ou les individus.Cette théorie est d'ailleurs centrale en Ecologie Evolutive (Stearns 1992).
3

L'inertie des systèmes urbains et le tempo des politiques publiques face aux risques énergétiques et climatiques

Gusdorf, François 07 February 2008 (has links) (PDF)
Les estimations des coûts du changement climatique et les exercices de prospective énergétique, n'ont laissé que très peu de place aux spécificités des villes. Les systèmes urbains, concernant les richesses et les hommes, sont pourtant responsables d'une bonne part des émissions à gaz à effet de serre, et leur fonctionnement devra être profondément modifié dans le siècle à venir. Cette thèse, à l'aide d'une série de modèles stylisés, analyse l'importance des inerties urbaines pour la mise au point des politiques urbaines. Ces inerties sont liées aux durées de vie des infrastructures, au fonctionnement du marché foncier, et à la rigidité des localisations des activités et des hommes. Toute modification du système ville entraîne une période de transition durant laquelle la situation est significativement dégradée, ainsi que des phénomènes redistributifs forts entre les agents économiques. Dans ce contexte, une action précoce montant en puissance progressivement doit commencer dès aujourd'hui, dans le but d'éviter un enfermement dans des formes urbaines à la fois plus consommatrices d'énergie, et plus vulnérables face aux changements.
4

Stratégies basées sur les brevets et efficacité de la R&D lorsque les innovations sont cumulatives et complémentaires

Ménière, Yann 22 June 2005 (has links) (PDF)
La théorie économique aborde généralement le brevet comme un droit exclusif temporaire portant sur un produit ou un procédé, et conférant de ce fait un profit de monopole à l'innovateur. Cette approche permet notamment de mettre en évidence le rôle incitatif du brevet, qui permet de rentabiliser à posteriori les investissements nécessaires à l'innovation. Elle ne permet cependant pas de rendre compte correctement de la réalité des brevets dans de nombreux secteurs, où : - un produit donné peut être couverts par un grands nombre de brevets (c'est le cas d'un microprocesseur, d'un téléphone portable ou d'un kit de diagnostic génétique) - les différents brevets couvrant ce produit peuvent appartenir à différents innovateurs, ayant chacun créé ou amélioré des composants du produit. Ce cas de figure est de plus en plus fréquent dans la plupart des industries contemporaines, et constitue notamment la norme dans des industries très innovantes comme les semi-conducteurs, les équipements de télécommunication, l'informatique ou les biotechnologies. Un rapport de la Federal Trade Commission américaine publié en 2003 rappelait par exemple que plus de 90 000 brevets américains liés aux microprocesseurs étaient alors détenus par plus de 10 000 entités, tandis qu'environ 420 000 brevets liés aux semi-conducteurs étaient détenus par environ 40 000 entités . Les économistes ont jusqu'ici principalement mis l'accent sur les coûts statiques (de recherche d'antériorité, de négociation, de licences, de litige) induits par la fragmentation et la dispersion des brevets. La thèse vise à dépasser cette analyse en éclairant la façon dont les entreprises instrumentalisent le brevet dans un contexte de fragmentation de la propriété industrielle, et en montrant comment ces stratégies fondées sur les brevets affectent in fine la dynamique de la concurrence et de l'innovation dans les industries concernées. L'approche adoptée est théorique, et consiste à utiliser les outils analytiques de la théorie des jeux pour étudier des situations d'interactions entre détenteurs de brevets dans un secteur donné. Les méthodes de modélisation utilisées permettent à la fois d'expliquer les comportements observés dans la vie des entreprises, et de tirer des conclusions quant-à leur impact positif ou négatif sur la concurrence et l'innovation. La thèse est structurée en trois parties et cinq chapitres. Partie 1: L'économie du droit des brevets La première partie est consacrée à l'analyse économique du système de brevets, c'est-à-dire l'ensemble des règles et institutions qui constituent le droit des brevets. Le premier chapitre s'appuie sur la littérature économique pour passer en revue l'ensemble de ces règles et leurs fonctions économiques respectives. Il met en évidence les variables de commandes accessibles au régulateur soucieux de promouvoir l'innovation, ainsi que les prescriptions qui s'y attachent. Est notamment discutée la capacité des règles uniformes qui forment le droit des brevets à s'adapter de façon efficace à des contextes d'innovation différents. Cette démarche est appliquée successivement à des innovations de coûts et de valeurs différents, à des innovations cumulatives (développées les unes à partie des autres), et au problème de la défense des brevets devant les tribunaux. Dans tous les cas, il est montré que la protection conférée par le brevet n'est pas définie directement en termes économiques, ce qui confère au système une plus grande souplesse d'adaptation à différents contextes d'innovation. Le second chapitre porte sur une loi spécifique de la législation du brevet, à savoir le test de "non évidence" qu'une invention doit satisfaire pour justifier l'octroi d'un brevet. Cette règle a une influence importante sur le degré de fragmentation des brevets, et in fine sur l'efficacité des investissements en R&D. Un modèle théorique est présenté pour démontrer qu'une application sévère du test permet de limiter des effets négatifs d'une fragmentation excessive de la propriété industrielle. Le modèle décrit les stratégies d'investissement de deux entreprises cherchant à développer un produit commercialisable composé de deux innovations complémentaires. Dans ce cadre le test de "non évidence" est considéré comme sévère si seul le produit final est brevetable, tandis que chaque élément complémentaire serait brevetable séparément en cas d'application moins sévère du test. L'application d'un test sévère permet de limiter les coûts induits par la fragmentation des brevets, mais elle réduit par ailleurs le bénéfice lié à la publication du brevet, qui consiste à éviter la duplication des coûts de R&D en révélant au concurrent qu'un élément a déjà été développé et protégé. Bien qu'une exigence sévère de non évidence puisse occasionner des coûts de duplication, car les petites innovations ne sont ni brevetées, ni rendues publiques, le modèle montre que le fait de déterminer un seuil minimum de non évidence est un moyen efficace de limiter les coûts associés à la fragmentation des droits. Partie 2. Brevets et persistance des entreprises dominantes La seconde partie s'inscrit dans le débat classique en économie sur le lien entre innovation et structure de marché - la question étant de savoir si l'innovation facilite la persistance des entreprises en place ou si elle favorise au contraire l'émergence de nouveaux concurrents. Dans le cadre de la thèse, la question posée consiste à savoir si l'instrumentalisation des brevets profite plutôt aux entreprises dominantes déjà en place ou bien à l'entrée de nouveaux concurrents sur le marché. Cette question est traitée à travers deux chapitres: le chapitre 3 est une revue de la littérature, le chapitre 4 présente un modèle théorique. La revue de la littérature est menée dans un cadre théorique unifié, dérivé du modèle fondateur développé par Arrow (1962) pour étudier comment l'innovation affecte la structure du marché. Les brevets et les stratégies fondées sur les brevets sont introduits dans ce cadre afin d'observer comment ils influencent la capacité des entreprises dominantes à renforcer et préserver leur position face à de nouveaux entrants. Cette approche révèle que l'introduction des brevets et des stratégies d'obtention de licences dans la théorie traditionnelle de l'innovation tend à inverser le résultat standard selon lequel l'innovation favorise l'émergence de nouveaux compétiteurs plutôt que la pérennité des entreprises dominantes. Le résultat standard repose sur le fait qu'un nouvel entrant a plus à gagner en innovant, car il pourra ainsi récupérer une partie du chiffre d'affaire de l'entreprise en place qui, elle, ne profite de l'innovation qu'à la marge. Dans ce contexte, les brevets permettent néanmoins à l'entreprise à place de préserver sa position en rachetant à l'entrant potentiel son innovation (brevetée) à un prix supérieur à ce que l'innovateur aurait pu en tirer en l'exploitant lui-même. En effet une telle opération permet d'éviter la dissipation des profits à l'échelle du secteur suite à l'entrée d'un nouveau concurrent. De plus un leader technologique peut préserver son avance en accordant des licences à ses concurrents, qui auront dès lors moins d'incitation à investir en R&D pour rattraper ou dépasser le leader. La revue de la littérature montre enfin que ces résultats sont renforcés lorsque la propriété intellectuelle des innovations est fragmentée. Le modèle présenté dans le chapitre 4 approfondit la question de la persistance des entreprises dominantes grâce aux brevets lorsque la protection des innovations est fragmentée. Il montre que lorsque l'innovation est cumulative, une entreprise dominante est en mesure de préempter un brevet susceptible de permettre le développement d'une innovation drastique (qui rend économiquement obsolètes toutes les autres technologies du marché) également brevetable. Si un brevet "amont" donnant un droit sur l'innovation "aval" est mis aux enchères (par exemple par un laboratoire de recherche), l'entreprise dominante en place proposera un montant supérieur à ce qu'un nouvel entrant serait prêt à payer. En effet le modèle montre que le montant que les firmes peuvent proposer pour le brevet "amont" dépend de leur pouvoir respectif de négociation, dans le cas ou le brevet "amont" appartiendrait à une entreprise et le brevet "aval" à une autre. Comme la firme en place réalise un profit même si l'innovation n'est pas commercialisée, elle a un pouvoir de négociation plus grand et peut ainsi préempter des brevets de base qui pourraient déboucher ultérieurement sur des innovations capitales. Le modèle montre par ailleurs que dans certains l'entreprise dominante n'aura pas intérêt à exploiter les brevets ainsi acquis. Partie 3. Les brevets bloquants et les investissements en R&D La troisième partie est constituée d'un unique chapitre. Un modèle théorique y est développé pour étudier les incitations qu'ont des firmes concurrentes à utiliser leurs brevets respectifs pour se bloquer mutuellement. Le modèle permet également d'examiner l'opportunité pour les entreprises de signer des accords de licences croisés avant d'investir, et d'évaluer l'impact de tels accords sur l'efficacité de la R&D. Le modèle décrit deux entreprises symétriques qui investissent en R&D pour développer de nouveaux produits. Les entreprises opèrent indépendamment l'une de l'autre, de sorte que leurs produits, bien que parfaitement substituables, sont différents et protégés par des brevets différents. Le modèle tient cependant compte du fait que les revendications des brevets peuvent déborder les limites des innovations concernées, de sorte que les entreprises peuvent s'en servir opportunément pour bloquer le produit développé par leur concurrent. Ce modèle met en lumière le comportement de "passager clandestin" des détenteurs de brevets, qui tendent à réduire leurs propres investissements en R&D en espérant pouvoir s'approprier les profits de leur concurrent. Dans un tel contexte où le pouvoir bloquant des brevets induit une diminution des investissements, les accords de licence signés avant de développer de nouveaux produits peuvent favoriser la concurrence. Lorsque les brevets ont un faible pouvoir de blocage, le modèle permet de conclure que ces accords de licences freinent néanmoins la concurrence car elles permettent aux entreprises de s'entendre sur le niveau de leurs investissements de manière à réduire le risque d'une confrontation sur le marché du produit. Le modèle montre également qu'il peut être dommageable pour le progrès social que les tribunaux diminuent l'étendue des droits conférés des brevets. En effet cela incite les entreprises à établir des accords ex ante, qu'ils soient favorables ou non à la concurrence. Le modèle permet enfin de saisir comment les entreprises sont incitées à accroître leur pouvoir de blocage en ajoutant de nouveaux brevets à leur portefeuille. Il prédit notamment que les entreprises vont utiliser cette stratégie dans des domaines où le développement de nouveaux produits est relativement aisé, afin de réduire l'intensité de la concurrence de la R&D. Dans ce cas, les stratégies d'équilibre des brevets nuisent au profit si le coût de dépôt de nouveaux brevets est peu élevé. Au contraire, les entreprises ne sont pas incitées à se lancer dans de telles stratégies si la R&D est déjà coûteuse et incertaine, Ce qui explique par exemple pourquoi les entreprises sont -relativement- moins portées à accumuler de vastes portefeuilles de brevets dans des industries pharmaceutiques ou chimiques.
5

Les petits vertébrés de la Caune de L'Arago (Tautavel, Pyrennées-Orientales). Paléontologie, paléoécologie, taphonomie

Desclaux, Emmanuel 09 November 1992 (has links) (PDF)
.
6

Agents intelligents de l'internet: enjeux économiques et sociétaux

Wisdom, John 12 1900 (has links) (PDF)
Le terme agent intelligent désigne dans l'usage spécialisé de la veille un outil de recherche. Il correspond à un logiciel de type métamoteur comportant de multiples fonctionnalités de recherche et de traitement de l'information. Or, depuis quelques années, les moteurs de recherche ont intégré la technologie agent pour devenir de véritables systèmes multi-agents et ont conquis le marché de la recherche informationnelle. Ces derniers permettent de réduire l'entropie du Web et ils commencent à apporter des solutions au problème de la surcharge d'informations sur le disque dur de l'utilisateur. En effet, de nouveaux systèmes capables d'indexer le Net et le disque de l'internaute sont disponibles. Ainsi devraient émerger des outils complets d'indexation et de traitement de l'information. Si cette technologie comporte bien des avantages pour l'utilisateur, elle pose des problèmes de confidentialité et présente des dangers de faire naître une société sous constante surveillance. Malgré ces risques de dérapage, la technologie agent devrait mettre à la portée de tous les hommes et femmes l'énorme documentation de l'humanité, à la fois littéraire et scientifique, sous forme de bibliothèque universelle. Par ailleurs, la convergence des moteurs de recherche et de la téléphonie mobile devrait donner un pouvoir accru aux consommateurs. Nous avons posé comme hypothèse directrice que les moteurs de recherche ont incorporé les fonctionnalités autrefois associées aux logiciels agents. Ils étendent leurs technologies sur le PC de l'usager. Ainsi les agents intégrés dans les moteurs ou portails contribuent à gérer les évolutions économiques et sociétales d'Internet. Notre hypothèse a été validée à partir de l'observation des usages et des utilisateurs et de l'analyse des documents scientifiques du domaine. Nous avons proposé un modèle à la fois explicatif du succès du moteur de recherche Google et prédictif des évolutions possibles. Il nous reste à suivre les développements des interfaces spécialisées et des problèmes relatifs à la présence des moteurs sur le disque de l'usager.
7

Modèles économiques de gestion des peuplements réguliers, irréguliers ou en transition; illustrations dans le cas du hêtre dans le nord-est de la France.

Heshmatol vaezin, Seyed Mahdi/S.M. 12 1900 (has links) (PDF)
L'analyse économique forestière repose sur des modèles d'ordres biologique, économique et social, et, en particulier, sur des modèles de dynamique de peuplement, de prix et de décision. Le couplage de ces modèles entre eux permet d'apporter des réponses à des questions économiques variées sur la gestion des peuplements forestiers. Cependant, cette démarche n'est généralement appliquée qu'à une seule structure de peuplement forestier (équienne ou inéquienne) et plus souvent à la structure équienne. Cette thèse a pour objectif de construire et de coupler des modèles intégrant ces trois aspects, de manière à simuler et optimiser la gestion des peuplements forestiers en présence de risque catastrophique, quelle que soit la structure de peuplement (équienne, inéquienne ou en transition). Cette thèse étudie successivement les modèles de dynamique d'arbres et de peuplement, de prix et de décision en situation risquée et structure équienne ou inéquienne. Elle les articule ensuite pour constituer un modèle théorique d'ensemble susceptible de s'appliquer, moyennant une calibration appropriée, à différentes essences dans différentes régions. Un exemple de fonctionnement vient illustrer les analyses théoriques dans le cas du hêtre dans le Nord-Est de la France et donner une idée des résultats potentiels à l'échelle du peuplement et de l'arbre. Les illustrations à l'échelle du peuplement consistent à étudier le cas des peuplements régulier et irrégulier, et le cas de conversion de l'un à l'autre, en présence ou en absence de risque.
8

Market Mechanisms and Valuation of Environmental Public Goods

Dragicevic, Arnaud 04 December 2009 (has links) (PDF)
No description available.
9

Traitement de situations inattendues d'extrême urgence en vol : test d'un modèle cognitif auprès de pilotes experts

Pinet, Jean 30 June 2011 (has links) (PDF)
Dans l'exercice de leur profession les pilotes doivent fréquemment faire face à des situations soudaines et inattendues, souvent potentiellement dangereuses. Ils sont formés pour les traiter efficacement mais cependant la brièveté du temps disponible avant que la situation ne dégénère, de l'ordre de quelques secondes, au plus la minute, fait que parfois la séquence cognitive perception-diagnostic-décision-action, peut être menée de façon incorrecte sous stress et aboutir à un incident grave ou même à un accident.A partir de l'analyse des comportements cognitifs élémentaires en situation critique dans cinq cas d'incidents et d'accidents, on arrive à déceler des dénominateurs communs aux réactions des pilotes, permettant l'explication des échecs constatés et l'établissement de recommandations. Le rôle primordial sous stress d'une fonction cognitive particulière associée à la mémoire à court terme est mis en lumière.Pour effectuer cette analyse il a été nécessaire de définir une modélisation dynamique du comportement cognitif des pilotes, où le facteur temps est explicité, permettant son étude dans des séquences très brèves de quelques secondes. Cette modélisation peut aussi s'appliquer à d'autres cas que ceux générant des accidents, par exemple à l'étude et à la définition des systèmes nécessitant une interface homme-système.La complexité et la particularité des actions opérationnelles dans des séquences très rapides où elles se combinent, a mené naturellement à effectuer les analyses en utilisant l'expertise de pilotes, suivant une méthode autorisant la validation des hypothèses retenues.
10

RECHERCHES AUTOUR D'UN MODELE :<br />COMPTABILITE ET CONVENTIONS

Amblard, Marc 29 June 2006 (has links) (PDF)
La première partie de ce dossier fut entièrement consacrée à l'exposé des fondements théoriques sur lesquels nos travaux de recherche se sont appuyés depuis maintenant une dizaine d'années. Le préalable nous est vite apparu incontournable sachant que chaque chercheur mobilise dans le cadre de ses travaux un ensemble de méthodes, d'outils, de procédures qui ne sont pas sans effet sur les résultats obtenus. <br />Il s'agit là d'un protocole de recherche que tout travail en sciences sociales doit clairement annoncer à l'instar des sciences dures. Honnêteté intellectuelle et légitimité scientifique obligent.<br />A cet effet, une première section présenta la théorie des conventions comme le socle théorique de la démarche. En abordant la conduite humaine selon un angle sensiblement différent, elle enrichît l'analyse de notions sociologiques que le courant économique standard avait, à notre sens, trop rapidement écartées. Nous estimions en effet qu'elle pouvait constituer la meilleure réponse aux impasses dans lesquelles une approche strictement contractualiste aurait pu nous entraîner. <br />En introduisant les phénomènes d'incertitude et la rationalité mimétique comme réponse, la théorie des conventions resitue le comportement de l'agent économique dans un espace normé. Notre compréhension du fonctionnement de l'organisation et des marchés en est ressortie renouvelée et enrichie. <br />La section suivante a permis de présenter le monde social et les moteurs de l'action humaine tels que nous les concevons ; sans nier que l'individu use de sa capacité de calcul, celle-ci est largement amoindrie par le poids du collectif. Sa conduite est tout autant dictée par les structures et les comportements dominants que par sa raison profonde. Entre l'individualisme méthodologique dur et le holisme surdéterminant, nous avons alors qualifié notre positionnement intermédiaire d'individualisme méthodologique affaibli. <br />Notre posture constructiviste annoncée, nous avons considéré dans une troisième section que si le réel n'existe pas indépendamment de celui qui l'observe, le chercheur peut toutefois tenter de le saisir sans verser dans un discours normatif : comprendre et rapporter ce qui est sans avancer ce qui doit être. Nous avons alors terminé en décrivant les techniques d'investigation adoptées pour valider nos énoncés théoriques. Entretiens et sondages ont ainsi confirmé la nature conventionnelle de l'acte comptable.<br /> <br />Seconde partie<br />Ces présupposés scientifiques clairement exposés, la seconde partie nous a amenés à proposer une relecture sociologique du système comptable. Conscients des insuffisances que présentent les approches standard, nous avons emprunté au courant conventionnaliste son mode de raisonnement. <br />Conformément à notre engagement épistémologique, nous avons commencé la réflexion en montrant que l'objet comptable ne s'impose pas de lui-même. En fonction de ses besoins, de ses objectifs et de sa propre culture, chacun s'en construit une représentation spécifique.<br />Toutefois, les fonctions informationnelle et redditionnelle de la comptabilité devaient faire émerger un modèle dont les divers utilisateurs ont du accepter les hypothèses fondatrices. Acceptation ne vaut toutefois pas approbation et le respect du principe d'unicité engendre des situations auxquelles le modèle comptable n'est pas adapté. La représentation des structures réticulaires en est une illustration.<br />Nous avons alors ensuite pris le parti d'analyser les conventions qui fondent le système tel qu'il s'est imposé à tous. Fortement marqués par un point de vue particulier, les choix qui président à la conception et l'évolution des comptes contribuent à orienter discrètement le regard que tout utilisateur pose sur la firme. La théorie des conventions a permis alors d'en mieux saisir la structure, l'origine et la logique. Ce jeune courant s'est présenté à nous comme une alternative salutaire au paradigme contractualiste. <br />Nous avons ainsi découvert que la convention comptable pouvait être approchée et étudiée comme une procédure collective identifiable par sa morphologie comme toute autre convention. Constituant un ordre surplombant les individus et les groupes, sa principale fonction est de procurer à l'individu un ensemble de balises afin d'assurer une convergence des pratiques comptables dans un espace normé.<br />La théorie des conventions fournit de cette façon, une grille de lecture originale invitant l'observateur à reconsidérer la comptabilité et les acteurs qui l'animent. Celle-ci ne se décrète pas en vertu de règles immanentes, justes et intangibles, mais apparaît plutôt comme une composition collective faite de choix, d'influences et de compromis. Quant aux acteurs, leurs actes au sein de l'espace comptable sont compréhensibles pour peu qu'on ait préalablement mis à jour les conventions auxquelles ils font référence pour agir.<br />Enfin, nous avons considéré que la régularité de la convention n'excluait en rien son évolution. Aussi, cette perspective dynamique de l'étude était particulièrement enthousiasmante pour le sujet qui nous préoccupe : le changement dans les comportements collectifs, notamment les pratiques comptables, ne relève pas du pur hasard. La transformation progressive et désordonnée des conventions comptables répond en fait à des influences et des courants profonds, s'appuyant sur des mécanismes collectifs et socialement construits. Nous avons tenté alors d'en découvrir la logique.<br />L'évolution d'une règle comptable nécessite l'émergence en amont, d'une convention adverse propre à la mettre en doute. Cette « alternative » présente un discours dont la cohérence et la pertinence peuvent selon les conditions séduire la population des convenants. En ce sens, elle doit être considérée comme l'élément de motricité par excellence du processus d'évolution des conventions comptables. Aussi, l'analyse incontournable de ses sources a-t-elle révélé deux catégories de facteurs d'émergence : les facteurs exogènes et endogènes, selon que leurs déterminants sont liés ou étrangers aux origines de la convention en place.

Page generated in 0.1228 seconds