• Refine Query
  • Source
  • Publication year
  • to
  • Language
  • 7
  • 1
  • Tagged with
  • 12
  • 12
  • 3
  • 3
  • 2
  • 2
  • 2
  • 2
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • About
  • The Global ETD Search service is a free service for researchers to find electronic theses and dissertations. This service is provided by the Networked Digital Library of Theses and Dissertations.
    Our metadata is collected from universities around the world. If you manage a university/consortium/country archive and want to be added, details can be found on the NDLTD website.
1

Epistemologisch relativisme : logischen psychologisch perspectief in de filosofische argumentatie /

Van Haaften, Arie Wouter. January 1900 (has links)
Proefschrift--Wijsbegeerte--Leiden, 1979. / Bibliogr. p. 421-433. Index. Résumé en anglais.
2

Une approche pour supporter l'analyse qualitative des suites d'actions dans un environnement géographique virtuel et dynamique : l'analyse " What-if " comme exemple.

Haddad, Hedi. January 1900 (has links) (PDF)
Thèse (Ph. D.)--Université Laval, 2009. / Titre de l'écran-titre (visionné le 24 juillet 2009). Bibliogr.
3

Une étude des processus de preuve en mathématique chez des élèves de collège

Balacheff, Nicolas. Payan, Charles. Kuntzmann, Jean Bertrandias, Jean-Paul. January 2008 (has links)
Reproduction de : Thèse d'Etat : didactique des mathématiques : Grenoble 1 : 1988. Reproduction de : Thèse d'Etat : didactique des mathématiques : Grenoble, INPG : 1988. / Titre provenant de l'écran-titre. Bibliogr. p. [583]-591.
4

Le rôle du niveau de représentation des alternatives dans le raisonnement conditionnel abstrait

Brunet, Marie-Laurence 04 1900 (has links) (PDF)
Le raisonnement abstrait implique de raisonner logiquement avec des prémisses pour lesquelles nous n'avons pas de connaissances disponibles. Ce type de raisonnement est difficile et est très important pour la compréhension des sciences et des mathématiques. Une composante importante du raisonnement avec des prémisses concrètes est la disponibilité d'alternatives à l'antécédent. De telles alternatives ne sont pas directement disponibles lors du raisonnement avec des prémisses abstraites. Donc, le raisonneur doit construire une forme plus abstraite d'alternatives à l'antécédent afin de pouvoir raisonner logiquement avec des problèmes de raisonnement abstrait. Lorsque l'on fournit aux individus la conclusion d'incertitude à un problème invalide et qu'on leur demande de justifier cette conclusion, ils produisent des alternatives à l'antécédent à différents niveaux de complexité. Celles-ci, de la moins complexe à la plus complexe, sont : spécifique, générale et formelle (Venet et Markovits, 2001). Dans la présente étude, nous avons observé que le fait de donner une justification explicite à l'incertitude d'une inférence abstraite invalide permet l'amélioration de la performance subséquente à des problèmes de raisonnement abstrait. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : raisonnement, raisonnement conditionnel, raisonnement abstrait, alternatives à l'antécédent, processus cognitifs
5

Raisonnement causal : quelle place occupe la mise en évidence du changement?

Sacy, Michel 19 April 2018 (has links)
Le raisonnement causal est une opération cognitive centrale pour l’être humain. C’est par ces opérations qu’on en vient à comprendre qu’un aliment nuit à notre santé, que certains propos peuvent causer un malaise chez les autres ou, tout simplement, qu’un logiciel ralentit le fonctionnement de notre ordinateur. Plusieurs facteurs qui influencent le raisonnement causal (p. ex. contiguïté temporelle et contingence entre cause potentielle et effet) sont identifiés dans la littérature. Cependant, la plupart de ces facteurs, avant d’être testés dans des études empiriques de psychologie, ont été évoqués par des philosophes. La thèse a pour objectif de tester un facteur dont plusieurs auteurs et philosophes ont traité, mais qui n’a jamais été mis à l’épreuve empiriquement : la prégnance du changement dans le cours des évènements. Dans cette optique, l’Étude 1 révèle que l’augmentation de la prégnance du changement, tant par le format de présentation que par une description des informations comme provenant d’une seule entité, plutôt que plusieurs, permet une évaluation plus adéquate de la force causale. L’Étude 2 poursuit l’objectif de cette thèse en comparant les évaluations des participants face à des informations provenant de séquences temporelles dont certaines permettent l’observation du changement alors que d’autres ne le permettant pas. Les résultats révèlent qu’une majorité de participants perçoivent que ces deux types d’informations ne sont pas équivalents pour favoriser une bonne évaluation. Les participants jugeant que les séquences temporelles permettant l’observation du changement sont plus pertinentes offrent d’ailleurs des évaluations plus adéquates face à ce type d’information.
6

Différences développementales et de genre dans les représentations internes des dénouements d'événements

Belhumeur, Marie-Élaine 05 1900 (has links) (PDF)
La présente thèse a pour but d'investiguer les diverses représentations mentales utilisées dans le traitement de l'information sociale. Ces représentations sont une façon de réduire la complexité de l'information en nous permettant de rendre notre environnement plus compréhensible, simple et prévisible. Plus spécifiquement, nous avons exploré la perception de risque associé à diverses situations. Nous voulions ainsi constater les différences systématiques liées à l'âge et au sexe dans la perception du risque. Comme cadre explicatif nous nous sommes principalement penchés sur les théories évolutionnistes. Pour ce faire, nous avons fait deux études. La première qui a été réalisée avec 40 étudiants universitaires et 42 étudiants du deuxième cycle du primaire avait comme objectif spécifique d'investiguer explicitement les représentations internes des dangers potentiels associés à diverses situations. Afin de réaliser ces investigations, nous avons construit un questionnaire papier crayon présentant des images avec une mise en situation. La tâche des participants était simplement d'indiquer la probabilité (entre 0 et 100 %) que la suite de la situation serait négative. La seconde étude, qui a été réalisé avec 48 étudiants universitaires et 47 étudiants du deuxième cycle du primaire avait comme objectif spécifique d'explorer implicitement les représentations internes associées à diverses situations. Nous avons utilisé un logiciel avec reconnaissance de la vitesse de réaction, avec les mêmes images que la première étude, afin d'effectuer nos investigations. Les hypothèses et les prédictions sont similaires pour les deux études et sont en lien avec les différences comportementales retrouvées dans la littérature entre les hommes et les femmes. De façon générale, nous prédisons que ces différences comportementales devraient se refléter dans les représentations internes des enfants et des adultes et nous avons mesuré ces représentations. Plus spécifiquement, nous avons évalué l'anticipation de la probabilité d'aboutissements négatifs face à diverses activités potentiellement risquées. Nos prédictions de départ sont que ces différences développementales et de genre devraient se refléter dans les représentations internes des participants. Ces deux études ont ajouté à nos connaissances actuelles la façon dont les représentations internes sont organisées. Ainsi, nous avons relevé que les femmes sont perçues comme étant plus à risque d'avoir des dénouements négatifs que les hommes, et ce pour un large éventail d'activités et pour plusieurs niveaux d'âges (enfants et adultes). De plus, nous avons constaté que les enfants perçoivent la probabilité d'avoir un dénouement négatif, suivant un comportement potentiellement à risque, plus élevé que les adultes. Les résultats démontrent également que les enfants et les adultes évaluent la probabilité d'un dénouement négatif suivant un comportement très peu risqué comme équivalent alors que les adultes perçoivent une plus faible probabilité de dénouements négatifs suivant les mêmes activités à haut risque. Finalement, les femmes, comparativement aux hommes, identifient les dénouements négatifs incluant des enfants plus rapidement que les dénouements négatifs incluant des adultes. En conclusion, les résultats de ces deux études supportent en majeure partie nos hypothèses et nous permettent de mieux comprendre la façon dont les événements et les dénouements sont traités. Ils nous indiquent que les individus font des évaluations complexes des facteurs situationnels pour amorcer leurs jugements ultérieurs. Ceci a pour effet de faciliter grandement la compréhension du monde social. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Représentation mentale, traitement de l'information, perception du risque, dénouement d'événement, théorie évolutionniste, raisonnement social.
7

L'accomplissement dialogué de la tâche de sélection de Wason étude sur le raisonnement conditionnel dans l'interaction /

Laux, Jennifer. Trognon, Alain. January 2007 (has links) (PDF)
Thèse de doctorat : Psychologie : Nancy 2 : 2007. / Titre provenant de l'écran-titre.
8

Le rôle de l'inhibition dans la capacité à surmonter des interférences intuitives en sciences

Lafortune, Stéphanie 03 1900 (has links) (PDF)
La recherche en didactique des sciences s'intéresse depuis longtemps au processus visant à faire évoluer les conceptions erronées intuitives des élèves : le changement conceptuel. Or, malgré les nombreuses avancées qu'ont permis les recherches dans ce domaine, les conceptions erronées des élèves persistent, particulièrement pour les concepts contre-intuitifs (Giordan, 1998). De récentes recherches pointent vers l'idée que certaines de ces conceptions ancrées pourraient provenir de l'interférence du raisonnement intuitif. De plus, la littérature a déjà établi, en mathématiques, que le fait de donner une réponse correcte allant de pair avec son intuition faisait appel à un processus de raisonnement différent de celui nécessaire pour surmonter des interférences intuitives. En effet, il semble dans ce dernier cas lié à l'activation de mécanismes d'inhibition (Stavy & Babai, 2010; Stavy, Goel, Critchley & Dolan, 2006). Dans ce contexte, la présente étude tient compte de l'apport des neurosciences et de la psychologie cognitive dans l'étude de la capacité des élèves à surmonter leurs intuitions en sciences. Sommairement, cette recherche tente de mieux comprendre le processus de raisonnement des élèves lorsqu'ils sont face à des concepts scientifiques contre-intuitifs. Pour ce faire, une tâche informatisée présentant des stimuli intuitifs et contre-intuitifs (interférences intuitives) autour du concept de masse volumique a été construite. Cette tâche, qui a le potentiel d'être utilisée dans un appareil d'imagerie cérébrale, a été présentée à 684 élèves âgés de 8 à 14 ans. Des données comportementales (temps de réaction, exactitude des réponses) ont été recueillies, puis analysées. Ces données nous indiquent que 1) les élèves prennent plus de temps à surmonter des interférences intuitives qu'à donner des réponses qui vont de pair avec leur intuition; 2) le pourcentage de réponses correctes données aux stimuli contre-intuitifs augmente avec l'âge; 3) le temps de réaction aux stimuli contre-intuitifs réussis diminue progressivement avec l'âge. Ces résultats viennent appuyer l'idée que la maturation des mécanismes cérébraux d'inhibition aurait un rôle à jouer dans le développement de la capacité de surmonter des interférences intuitives en sciences, et laissent entendre qu'il pourrait être pertinent de développer des interventions pédagogiques ayant pour but de développer les fonctions exécutives des élèves (inhibition). ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : masse volumique, règles intuitives, inhibition, temps de réaction, science, apprentissage, fonctions exécutives, interférence intuitive, raisonnement intuitif
9

Description des interventions des enseignants lors de séances de la dictée 0 faute

Huneault, Mélanie 02 1900 (has links) (PDF)
L'écart entre le niveau de compétence des élèves en orthographe grammaticale et les attentes du milieu scolaire est bien connu. Depuis plusieurs années, des démarches didactiques alternatives ont été proposées, comme la dictée 0 faute, qui propose de développer l'activité métalinguistique des élèves (Cogis, 2005 ; Nadeau et Fisher, 2006, 2011). La seule étude s'étant intéressée à son effet sur les résultats d'élèves (Wilkinson, 2009) laisse croire qu'elle est une voie prometteuse pour l'apprentissage de l'orthographe grammaticale. Il semble que l'efficacité de la dictée 0 faute soit liée à la façon de conduire l'activité par l'enseignant, alors que ce dernier doit restructurer sa position dans les échanges en classe pour guider l'élève dans la verbalisation de son raisonnement. Ces démarches alternatives placent l'enseignant de français dans un nouveau rôle, dont la transformation amène des difficultés d'appropriation, voire de dérives, que seuls le temps et la formation pourront régler. Toutefois, parmi ces démarches, les interventions de l'enseignant en dictée 0 faute sont les moins décrites. Notre recherche consiste donc à décrire les interventions d'enseignants menant les élèves à plus ou moins de progrès en orthographe grammaticale. Pour un enseignement plus efficace de la grammaire, l'approche à préconiser est celle qui amène les élèves à réfléchir et à expliciter les connaissances afin de favoriser leur mobilisation en situation d'écriture (Chartrand, 1996 ; Cogis, 2005 ; Nadeau et Fisher, 2006, 2011). Au cours de discussions grammaticales en dictée 0 faute, les interventions de l'enseignant menant les élèves à plus ou moins de progrès en orthographe grammaticale devraient se distinguer par leur manière de faire verbaliser chez ses élèves les connaissances explicites nécessaires à la résolution d'un problème grammatical, soit 1) les étapes de la réalisation d'un raisonnement grammatical complet, 2) le recours aux manipulations syntaxiques ainsi que 3) l'emploi d'un métalangage précis. Dans la présente recherche, l'approche méthodologique est celle de l'étude multi-cas. Trois classes de 4e année du primaire dont les progrès d'élèves divergent en orthographe grammaticale ont été comparées et leur évolution en cours d'année scolaire a été décrite. Par une analyse des verbatims d'enregistrement vidéo, nous avons fait ressortir comment la gestion des échanges par l'enseignant et la manière de faire appel aux connaissances grammaticales explicites pour résoudre un problème grammatical expliquent les différences de progrès d'une classe à l'autre. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : dictée 0 faute, interventions, raisonnement grammatical, connaissances explicites, orthographe grammaticale
10

Une approche pour supporter l'analyse qualitative des suites d'actions dans un environnement géographique virtuel et dynamique : l'analyse " What-if " comme exemple

Haddad, Hedi January 2009 (has links)
Nous proposons une approche basée sur la géosimulation multi-agent et un outil d’aide à la décision pour supporter l’analyse « What-if » durant la planification des suites d’actions (plans) dans un environnement géographique dynamique. Nous présentons les caractéristiques du raisonnement « What-if » en tant 1) que simulation mentale 2) suivant un processus en trois étapes et 3) basé sur du raisonnement causal qualitatif. Nous soulignons les limites de la cognition humaine pour appliquer ce raisonnement dans le cadre de la planification des suites d’actions dans un environnement géographique dynamique et nous identifions les motivations de notre recherche. Ensuite, nous présentons notre approche basée sur la géosimulation multi-agent et nous identifions ses caractéristiques. Nous traitons en particulier trois problématiques majeures. La première problématique concerne la modélisation des phénomènes géographiques dynamiques. Nous soulignons les limites des approches existantes et nous présentons notre modèle basé sur le concept de situation spatio-temporelle que nous représentons en utilisant le formalisme de graphes conceptuels. En particulier, nous présentons comment nous avons défini ce concept en nous basant sur les archétypes cognitifs du linguiste J-P. Desclés. La deuxième problématique concerne la transformation des résultats d’une géosimulation multi-agent en une représentation qualitative exprimée en termes de situations spatio-temporelles. Nous présentons les étapes de traitement de données nécessaires pour effectuer cette transformation. La troisième problématique concerne l’inférence des relations causales entre des situations spatio-temporelles. En nous basant sur divers travaux traitant du raisonnement causal et de ses caractéristiques, nous proposons une solution basée sur des contraintes causales spatio-temporelles et de causalité pour établir des relations de causation entre des situations spatio-temporelles. Finalement, nous présentons MAGS-COA, une preuve de concept que nous avons implémentée pour évaluer l’adéquation de notre approche comme support à la résolution de problèmes réels. Ainsi, les principales contributions de notre travail sont: 1- Une approche basée sur la géosimulation multi-agent pour supporter l’analyse « What-if » des suites d’actions dans des environnements géographiques virtuels. 2- L’application d’un modèle issu de recherches en linguistique à un problème d’intérêt pour la recherche en raisonnement spatial. 3- Un modèle qualitatif basé sur les archétypes cognitifs pour modéliser des situations dynamiques dans un environnement géographique virtuel. 4- MAGS-COA, une plateforme de simulation et d’analyse qualitative des situations spatio-temporelles. 5- Un algorithme pour l’identification des relations causales entre des situations spatio-temporelles. / We propose an approach and a tool based on multi-agent geosimulation techniques in order to support courses of action’s (COAs) “What if” analysis in the context of dynamic geographical environments. We present the characteristics of “What if” thinking as a three-step mental simulation process based on qualitative causal reasoning. We stress humans’ cognition limits of such a process in dynamic geographical contexts and we introduce our research motivations. Then we present our multi-agent geosimulation-based approach and we identify its characteristics. We address next three main problems. The first problem concerns modeling of dynamic geographical phenomena. We stress the limits of existing models and we present our model which is based on the concept of spatio-temporal situations. Particularly, we explain how we define our spatio-temporal situations based on the concept of cognitive archetypes proposed by the linguist J-P. Desclés. The second problem consists in transforming the results of multi-agent geosimulations into a qualitative representation expressed in terms of spatio-temporal situations and represented using the conceptual graphs formalism. We present the different steps required for such a transformation. The third problem concerns causal reasoning about spatio-temporal situations. In order to address this problem, we were inspired by works of causal reasoning research community to identify the constraints that must hold to identify causal relationships between spatio-temporal situations. These constraints are 1) knowledge about causality, 2) temporal causal constraints and 3) spatial causal constraints. These constraints are used to infer causal relationships among the results of multi-agent geosimulations. Finally, we present MAGS-COA, a proof on concept that we implemented in order to evaluate the suitability of our approach as a support to real problem solving. The main contributions of this thesis are: 1- An approach based on multi-agent geosimulation to support COA’s “What if” analysis in the context of virtual geographic environments. 2- The application of a model proposed in the linguistic research community to a problem of interest to spatial reasoning research community. 3- A qualitative model based on cognitive archetypes to model spatio-temporal situations. 4- MAGS-COA, a platform of simulation and qualitative analysis of spatio-temporal situations. 5- An algorithm to identify causal relationships between spatio-temporal situations.

Page generated in 0.1296 seconds