• Refine Query
  • Source
  • Publication year
  • to
  • Language
  • 18
  • 4
  • 3
  • 2
  • 1
  • Tagged with
  • 34
  • 16
  • 9
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 5
  • 5
  • 5
  • 5
  • 5
  • 4
  • 4
  • 4
  • About
  • The Global ETD Search service is a free service for researchers to find electronic theses and dissertations. This service is provided by the Networked Digital Library of Theses and Dissertations.
    Our metadata is collected from universities around the world. If you manage a university/consortium/country archive and want to be added, details can be found on the NDLTD website.
1

Homosexualité(s) masculine(s) et expériences carcérales : une étude exploratoire

Hamel, Bryan 10 May 2018 (has links)
Les études criminologiques qui ont trait à l’articulation entre sexualité(s) et détention sont rares. Celles qui portent sur les expériences de détenus homosexuels sont pratiquement inexistantes. Cette recherche exploratoire, basée sur la réalisation d’entretiens semi-directifs auprès d’ex-détenus homosexuels incarcérés dans des pénitenciers et prisons situées au Québec, vise à combler une partie de cet espace. En analysant les récits de leur passage en institution carcérale, nous interrogeons leurs conceptions des notions d’identités et d’orientations sexuelles. Il en ressort notamment que l’homosexualité prend une place variable dans la définition qu’ils donnent d’eux-mêmes. L’impact de l’environnement dans l’actualisation et la mise au jour de certaines facettes identitaires est également pris en compte, de même que leur perception de la tolérance et de l’acceptabilité de l’homosexualité en contexte carcéral. Pour eux, bien que l’homophobie soit rare, elle ne peut être conceptualisée séparément des notions de « masculinité » et de « visibilité ».
2

Expérience d'homophobie en milieu scolaire secondaire : les réactions de jeunes victimes lesbiennes

Desbiens Sergerie, Marilyn January 2014 (has links)
Cette recherche exploratoire aborde la problématique de l’homophobie, plus spécifiquement le vécu de six jeunes femmes lesbiennes ayant été victimes d’actes homophobes lorsqu’elles fréquentaient l’école secondaire. Une synthèse des études conduites au Québec sur l’homophobie permet de conclure à un manque de connaissances en ce qui a trait aux réactions des victimes d’homophobie. C’est pourquoi cette étude phénoménologique vise à examiner les réactions des participantes (comportements, cognitions, émotions) lors d’incidents homophobes, et les facteurs ayant pu influencer celles-ci (variables contextuelles et personnelles). Les participantes ont participé à une entrevue individuelle semi-structurée, afin de documenter leur expérience subjective, et d’élaborer des récits phénoménologiques. Les résultats démontrent que les participantes ont partagé des expériences comportementales (paralyser, éviter, riposter, rechercher du soutien), cognitives (remettre en question son identité sexuelle, constater un manque de connaissance sur les réalités des minorités sexuelles) et émotives (éprouver un sentiment dépressif, de solitude, de peur, de colère) au travers de leur vécu homophobe. Certains facteurs paraissent également avoir influencé leurs réactions et leur capacité d’intervenir. Au niveau des variables contextuelles, la position de force et de faiblesse entre victimes et agresseurs ainsi que la perception qu’avaient les victimes de pouvoir être soutenues sont au nombre de ces facteurs. Au niveau des variables personnelles, la personnalité de la victime, la consolidation de son identité homosexuelle ainsi que son désir de s’impliquer dans la lutte à l’homophobie ont aussi joué un rôle dans leur manière de réagir à l’homophobie. Il a aussi été possible de mettre en lumière que le vécu des jeunes lesbiennes victimes d’homophobie est différent de celui des jeunes hétérosexuels victimes d’intimidation, entre autres, parce que les participantes de l’étude ont toutes éprouvé des difficultés à consolider leur identité sexuelle en raison des incidents homophobes et parce qu’elles ont eu du mal à rechercher du soutien lorsqu’elles n’avaient pas encore dévoilé leur homosexualité à leur entourage. Enfin, la majorité des participantes de l’étude ont éprouvé de la difficulté à se défendre au début de leur secondaire et à déployer des stratégies de défense efficaces. Cette recherche soulève la pertinence de mieux documenter chacune des étapes du « modèle transactionnel du stress » qui s’opère lorsqu’un individu se sent menacé, comme cela est le cas lors d’un incident homophobe, afin de mieux comprendre quelles sont les ressources des victimes, les stratégies de coping qu’elles déploient et l’impact de leurs actions sur leurs comportements, leurs cognitions et leurs émotions. Il paraît nécessaire que les jeunes de minorité sexuelle soient davantage outillés pour se défendre contre l’homophobie, tout comme ceux qui les entourent (amis, membres du personnel scolaire, parents), afin qu’ils puissent les soutenir dans leurs démarches.
3

L'orientation sexuelle, facteur de suicide et de conduites à risque chez les adolescents et les jeunes adultes ? : l'influence de l'homophobie et de la victimation homophobe en milieu scolaire

Pugnière, Jean-Michel 02 November 2011 (has links) (PDF)
De nombreuses recherches, principalement nord-américaines, ont mis en évidence un lien significatif entre orientation sexuelle et comportements suicidaires des adolescent e s / jeunes adultes (Beck & al., 2010). L'homophobie à laquelle les jeunes homo/bisexuel-le-s sont exposé e s est considérée comme l'hypothèse la plus sérieuse pour expliquer ce lien, mais, jusque-là, cette hypothèse n'avait jamais fait l'objet d'une recherche quantitative dans notre pays. Nous l'avons prise en compte dans le cadre d'une enquête réalisée sur la base d'un auto-questionnaire informatisé - composé notamment à partir des échelles " Adolescent Risk inventory " (A.R.I, Lescano & al., 2007), " Suicidal Behaviors Questionnaire - Revised " (SBQ-r, Linehan, 1989), et " Homophobia Scale " (Wright, Adams & Bernat, 1999) - auquel ont répondu 475 filles et 426 garçons, âgé-e-s de 18 à 24 ans. Les résultats confirment la sursuicidalité des jeunes homo/bi-sexuel-le-s. Cependant, dans les analyses menées auprès des participants de sexe masculin, l'orientation sexuelle n'apparait plus comme un prédicteur significatif des tentatives de suicide et des conduites à risque dans les modèles explicatifs où l'on introduit les variables "Victimation Verbale Homophobe en milieu scolaire" et "Victimation basée sur la Non-conformité de genre". Ces variables s'avèrent d'ailleurs les plus forts prédicteurs des comportements suicidaires chez les garçons. Ceux-ci présentent des scores moyens à l'échelle d'homophobie/lesbophobie significativement plus élevés que les filles, et la victimation verbale homophobe semble beaucoup plus répandue que la victimation verbale lesbophobe. Cette dernière ne présente par ailleurs pas d'effet significatif sur les tentatives de suicide et les conduites à risque des filles. En revanche, la lesbophobie intériorisée a un effet significatif sur les comportements suicidaires dans le sous-échantillon des filles attirées sexuellement par le même sexe ou en questionnement (ASMSQ), alors que l'homophobie intériorisée n'en présente pas chez les garçons ASMSQ. Ce dernier résultat, basé sur un plus faible effectif, demande à être confirmé par des recherches ultérieures tandis que les analyses portant sur l'ensemble des participants mettent en évidence l'ampleur de la victimation homophobe en milieu scolaire et son impact chez les adolescents et jeunes adultes de sexe masculin.
4

L’orientation sexuelle, facteur de suicide et de conduites à risque chez les adolescents et les jeunes adultes ? : l’influence de l’homophobie et de la victimation homophobe en milieu scolaire / Is sexual orientation a factor for suicide and risk behavior among teenagers and young adults ? : on the influence of homophobia and homophobic bullying in school

Pugnière, Jean-Michel 02 November 2011 (has links)
De nombreuses recherches, principalement nord-américaines, ont mis en évidence un lien significatif entre orientation sexuelle et comportements suicidaires des adolescent e s / jeunes adultes (Beck & al., 2010). L’homophobie à laquelle les jeunes homo/bisexuel-le-s sont exposé e s est considérée comme l’hypothèse la plus sérieuse pour expliquer ce lien, mais, jusque-là, cette hypothèse n’avait jamais fait l’objet d’une recherche quantitative dans notre pays. Nous l’avons prise en compte dans le cadre d’une enquête réalisée sur la base d’un auto-questionnaire informatisé - composé notamment à partir des échelles « Adolescent Risk inventory » (A.R.I, Lescano & al., 2007), « Suicidal Behaviors Questionnaire – Revised » (SBQ-r, Linehan, 1989), et « Homophobia Scale » (Wright, Adams & Bernat, 1999) - auquel ont répondu 475 filles et 426 garçons, âgé-e-s de 18 à 24 ans. Les résultats confirment la sursuicidalité des jeunes homo/bi-sexuel-le-s. Cependant, dans les analyses menées auprès des participants de sexe masculin, l’orientation sexuelle n’apparait plus comme un prédicteur significatif des tentatives de suicide et des conduites à risque dans les modèles explicatifs où l’on introduit les variables «Victimation Verbale Homophobe en milieu scolaire» et «Victimation basée sur la Non-conformité de genre». Ces variables s’avèrent d’ailleurs les plus forts prédicteurs des comportements suicidaires chez les garçons. Ceux-ci présentent des scores moyens à l’échelle d’homophobie/lesbophobie significativement plus élevés que les filles, et la victimation verbale homophobe semble beaucoup plus répandue que la victimation verbale lesbophobe. Cette dernière ne présente par ailleurs pas d’effet significatif sur les tentatives de suicide et les conduites à risque des filles. En revanche, la lesbophobie intériorisée a un effet significatif sur les comportements suicidaires dans le sous-échantillon des filles attirées sexuellement par le même sexe ou en questionnement (ASMSQ), alors que l’homophobie intériorisée n’en présente pas chez les garçons ASMSQ. Ce dernier résultat, basé sur un plus faible effectif, demande à être confirmé par des recherches ultérieures tandis que les analyses portant sur l’ensemble des participants mettent en évidence l’ampleur de la victimation homophobe en milieu scolaire et son impact chez les adolescents et jeunes adultes de sexe masculin. / Several studies (mostly North-American) put into light a significant link between sexual orientation and suicidal behaviors among teenagers and/or young adults. Homophobia to which the young homosexuals are exposed is considered the most serious hypothesis to explain this link. However quantitative studies have never been conducted on this hypothesis in France. We took it into account while carrying out a survey based on a self-questionnaire built up from scales from “Adolescent Risk Inventory” (Lescano & al., 2007), Suicidal Behaviors Questionnaire – revised” (Linehan, 1989), and Homophobia Scale” (Wright, Adams & Bernat, 1999). Said survey was answered by 475 young women, and 426 young men aged 18-24.Results confirmed oversuicidality among young homo/bisexuals. However, in the analysis conducted on male participants only, sexual orientation ceases to appear a significant predictor of suicide attempts or risk behavior in explanatory models in which variables « Homophobic Verbal Bullying in school » and « Bullying based on Gender nonconformity » are introduced. Said variables turn out to be the strongest predictors of suicidal behaviors among male adolescents and young adults. Young men have mean scores on the homophobia/lesbophobia scale that are significantly higher than young women's, and homophobic verbal bullying seems a lot more common than lesbophobic verbal bullying. Besides, lesbophobic verbal bullying does not have a significant effect on suicidal attempts and risk behaviors among young women. However, internalized lesbophobia has a significant effect on suicidal behaviors of the sub-sample of young women sexually attracted to same-sex individuals or wondering (ASMSQ), whereas internalized homophobia has no effect on ASMSQ young men. This last result is based on a lower population, and should be confirmed by subsequent studies, whereas analysis on all participants highlight the extent of homophobic bullying in school, and its impact on male teenagers and young adults.
5

La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège / Boys in the making : sanctions and gender in the French secondary school

Ayral, Sylvie 26 November 2009 (has links)
Dans les cinq collèges aux caractéristiques socioculturelles très différentes enquêtés pour cette recherche, de 75,7 % à 84,2% des élèves ayant été sanctionnés (tous motifs confondus) sont des garçons. Ils représentent également de 84,2% à 97,6% des élèves sanctionnés pour« violence sur autrui ». Comment expliquer une telle asymétrie sexuée? Pourquoi n'attire-t-elle pas l'attention des équipes éducatives alors que le ministère de l'Education Nationale réaffirme à chaque rentrée scolaire le principe de l'égalité des sexes et que les effets négatifs des punitions données de manière excessive sont démontrés depuis longtemps? N'y a-t-il pas un paradoxe flagrant entre le discours égalitaire officiel et des pratiques qui en prennent le contre-pied, paradoxe d'autant plus criant que la sanction se veut désormais « éducative» ? L'univers scolaire est un espace/temps d'interactions inter-sexes ainsi que d'activation des stéréotypes de genre. Cette thèse propose de placer la variable genre au centre pour revisiter le système des sanctions et les transgressions auxquelles elles s'appliquent à la lumière des rapports sociaux de sexe. En effet d'une part la relation pédagogique est également une relation sexuée, d'autre part l'injonction à la virilité et à l'hétéronormativité encourage chez les garçons les attitudes de défi, les comportements violents, homophobes et sexistes. Au collège le règlement intérieur a force de Loi. Les garçons se trouvent pris dans une double contrainte normative: celle du règlement intérieur et celle de la virilité. L'attribution d'une sanction est un dispositif ritualisé, organisé à la fois pour la désignation du contrevenant et pour la manifestation du pouvoir qui punit, renforcé par l'appareil d'écriture qui l'accompagne (avertissements officiels, registre des sanctions, comptes rendus de conseils de discipline, etc.). La sanction est un acte performatif qui définit, confirme et consacre le comportement incriminé et, au-delà, le sujet de la sanction. Finalement l'appareil punitif scolaire, en stigmatisant les garçons par la punition, ne les consacre-t-il pas dans leur identité masculine, construisant ainsi lui-même ce qu'il prétend corriger? / In the five socially and culturally diverse secondary schools where this research was conducted, between 75,7% and 84,2% of the pupils disciplined were boys. They also represent between 84.2% and 97.7% of pupils disciplined for “violent conduct towards other pupils.” How are we to understand such an imbalance of the sexes? At the beginning of each school year the Ministry of Education reaffirms the principle of sexual equality and the negative effects of excessive punishment have been clearly shown for some time, yet this sexual imbalance still does not attract the attention of educational teams. Is there not here a clear paradox between the official egalitarian position and the daily practice to the contrary? And is this paradox not all the more flagrant when the idea of disciplinary sanctions is said to be ‘educational?’ The world of the secondary school is a place of interaction in time and space between the sexes as well as the establishment of gender stereotypes. This paper proposes placing the idea of gender variable at the centre in order to look again at the sanction system and at the transgressions to which it is applied in the light of social interaction between the sexes. On the one hand the pedagogical relationship a relation between sexes, on the other hand an appeal to virility and of heteronormativity encourages in boys attitudes of defiance, and of violent, homophobic and sexist conduct. In the secondary school, internal school rules have the force of law. Boys find themselves caught in a dual normative constraint. – that of internal rules and that of virility. The application of a disciplinary sanction is a form of ritual, organised both to designate the offender and to demonstrate the power of the punishing system, reinforced by the machinery of written documents which accompanies it, namely the official warnings, the recording in the sanctions register and the minutes of disciplinary hearings etc. The disciplinary sanction is a performative act which defines, confirms and consecrates the behaviour incriminated and, beyond this, the subject of the sanction. Finally, in stigmatising boys by the punishment it gives, does not the system of school punishment consecrate their masculine identity, while at the same time helping to construct what it seeks to correct?
6

Exploration de l'expérience de la violence homophobe chez des hommes homosexuels

Fluet, Carol January 2008 (has links)
Mémoire numérisé par la Division de la gestion de documents et des archives de l'Université de Montréal
7

Lutte contre l'homophobie et pratiques d'empowerment auprès des lesbiennes, gais et bisexuels(les)

Coulombe, Antoine January 2008 (has links) (PDF)
À travers les dernières années, un nombre grandissant de services ont été développés au Québec pour venir en aide aux lesbiennes, gais et bisexuels(les) (LGB). Un courant qui est venu inspirer bon nombre de ces projets est celui de l'empowerment. Cette recherche a pour objectif d'approfondir comment les pratiques sociales liées à la perspective d'empowerment peuvent être mises en place afin de favoriser le bien-être des LGB, soit en regardant comment les professionnels(les) viennent en aide à ces populations au Québec. Pour étudier ce sujet, nous avons choisi de rencontrer directement des professionnels(les) qui travaillent auprès de ces populations. La première étape de la recherche consistait à réaliser des entrevues individuelles auprès de six professionnels(les) d'expérience dans les pratiques sociales auprès des minorités sexuelles, soit pour connaître leurs pratiques et leurs perceptions de ces pratiques auprès des LGB. La deuxième étape consistait à réaliser trois rencontres avec un groupe de cinq professionnels(les) qui interviennent actuellement auprès des populations homosexuelles et bisexuelles. Le cheminement du groupe a permis un plus grand approfondissement des sujets par un va-et-vient entre les discussions, les réflexions et l'action à travers leurs pratiques auprès des LGB. Les résultats obtenus nous ont permis de mieux comprendre l'expérience, les pratiques et les réflexions de professionnels(les) qui travaillent auprès des LGB. Pour eux, un(e) professionnel(le) en intervention auprès des LGB doit posséder les compétences et les savoirs inhérents à une profession d'aide, avoir une ouverture d'esprit et avoir une compréhension des réalités des LGB, de l'homophobie et de l'hétérosexisme. Dans leurs pratiques, les professionnels(les) ont développé diverses stratégies et services qui aident les LGB à réaliser leur processus d'acceptation, leur coming out et à faire face à diverses difficultés en lien avec l'homophobie et l'hétérosexisme. Cette recherche confirme un accord entre les besoins des LGB en matière de services, les pratiques actuellement mises en place par les professionnels(les) et les pratiques d'empowerment. L'empowerment propose des outils qui favoriseront la remise en question de l'homophobie, et qui favoriseront auprès des LGB le développement d'une vision de soi positive, une prise pouvoir sur ses réalités, la possibilité de joindre ses forces à d'autres LGB et de prendre action pour changer les réalités sociales et structurelles. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Empowerment, Homosexualité, Bisexualité, Homophobie et intervention.
8

Hétérosexisme et le bien-être des adolescents de mères lesbiennes

Vyncke, Johanna January 2009 (has links) (PDF)
Les recherches comparatives entre les familles homoparentales et les familles hétéroparentales ont permis de montrer qu'il n'existe aucune différence statistique entre les enfants de familles homoparentales et hétéroparentales pour l'ensemble des variables développementales examinées. Toutefois plusieurs critiques ont été formulées à l'égard de ce paradigme comparatif qui ne permet pas d'évaluer la contribution de facteurs de risque et de protection propres aux familles homoparentales, comme celle des effets de l'hétérosexisme. La présente thèse s'inscrit donc dans le cadre d'un nouveau paradigme de recherche qui fait suite au large éventail de recherches comparatives (homosexuel vs. hétérosexuel) des 30 dernières années et accorde une place centrale à l'hétérosexisme. S'inspirant du modèle écologique de Bronfenbrenner (1979), la présente thèse avait pour but de modéliser l'association entre l'hétérosexisme vécu et perçu par les mères lesbiennes et par leurs enfants adolescents et le bien-être de ces adolescents. Le deuxième objectif de la thèse consistait à identifier des facteurs susceptibles de protéger les adolescents contre l'effet néfaste de l'hétérosexisme. Dans le premier article, nous avons développé et validé deux échelles évaluant des expériences uniques aux enfants de mères lesbiennes ou de pères gais. L'échelle d'hétérosexisme perçu (PHS) mesure la perception qu'ont les enfants des attitudes négatives de leurs pairs envers les familles homoparentales. L'échelle de préoccupation avec la divulgation de l'orientation sexuelle du parent (PDPSOS) mesure les préoccupations rapportées par les enfants concernant la divulgation de l'orientation sexuelle de leur parent en milieu scolaire. Soixante-quatre adolescents de mères lesbiennes (29 garçons, 35 filles) ont complété ces échelles. Les deux échelles démontrent une structure factorielle uni-factorielle et une très bonne cohérence interne. Nous avons confirmé la validité de construit des échelles en évaluant leur association avec le bien-être des adolescents. Les niveaux des deux échelles prédisent fortement le bien-être des garçons et partiellement le bien-être des filles. Cet article a été soumis à la revue Sex Roles. Dans le deuxième article, nous avons examiné les liens directs et indirects entre l'hétérosexisme et le bien-être des adolescents de mères lesbiennes dans un échantillon de 50 dyades mères lesbiennes-adolescents. Les résultats indiquent que a) l'expérience d'hétérosexisme de la mère et la perception d'hétérosexisme de l'adolescents sont tous deux négativement associés au bien-être des adolescents, b) la perception de soutien de l'école protège les adolescents de l'association négative entre les experiences d'hétérosexisme et leurs symptômes intériorisés, c) la perception de soutien de l'école, de la mère, et des amis protège les adolescents de l'association négative entre les expériences d'hétérosexisme et leurs symptômes extériorisés et d) la divulgation de l'orientation sexuelle du parent par l'enfant est négativement associée au bien-être de ceux-ci uniquement chez les enfants qui rapportent peu de soutien de la part de leurs amis et de leur école. Cet article a été soumis à la revue American Journal of Orthopsychiatry. La conclusion générale de la thèse résume les principaux résultats des articles, Elle souligne notamment la contribution et les limites de l'étude et propose des pistes de recherche future. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Homoparentalité, Mères lesbiennes, Adolescents, Hétérosexisme, Homophobie, Victimisation, Discrimination, Divulgation, Coming-out, Facteurs de protection, Soutien social, Milieu scolaire, Bien-être.
9

Étude exploratoire des contextes d'accès à la parentalité et des facteurs contribuant à l'intégration identitaire chez les pères gais

L'Archevêque, Alexandre January 2009 (has links) (PDF)
Le premier article de cette thèse consiste en une exploration descriptive des divers contextes de parentalité chez les pères gais. Quatre types de projets sont présentés et comparés: pères gais ayant eu leur(s) enfant(s) dans le contexte d'un couple hétérosexuel et ayant divulgué leur orientation sexuelle à leur(s) enfantes); pères gais ayant eu leur(s) enfante(s) dans le contexte d'un couple hétérosexuel et n'ayant pas divulgué leur orientation sexuelle à leur enfant; pères gais ayant développé une identité homosexuelle avant d'entreprendre un projet en coparentalité avec une femme lesbienne; pères gais ayant développé une identité homosexuelle avant d'adopter un enfant ou d'être responsable d'une famille d'accueil. Les comparaisons portent sur des variables reliées à l'identité homosexuelle, des variables conjugales et parentales et le degré d'intégration des identités homosexuelle et paternelle. Des comparaisons ont été effectuées sur des variables conjugales et parentales, des variables reliées à l'identité homosexuelle, et le degré d'intégration des identités homosexuelle et paternelle. Les pères HND se distinguent des autres groupes sur plusieurs variables. Ils sont moins scolarisés et leurs revenus sont moins élevés que ceux des pères des trois autres groupes. De plus, les pères HND ont divulgué leur orientation sexuelle à moins de personnes de leur entourage social et ils ont un degré de malaise lié à l'homosexualité plus élevé que celui des pères des trois autres groupes. Finalement, la majorité des pères HND perçoivent leurs identités homosexuelle et paternelle comme non intégrées, alors que la majorité des pères des trois autres groupes perçoivent leurs identités homosexuelle et paternelle comme intégrées. Les résultats sont discutés en regard du rôle potentiel de variables liées à l'appartenance à des groupes socio-économiques distincts dans l'intégration des identités. Cet article a été publié dans Diversité sexuelle et constructions de genre. Le deuxième article de cette thèse vise à identifier des facteurs susceptibles de faciliter ou de nuire à l'intégration des identités homosexuelle et paternelle. Nos hypothèses examinent la contribution de facteurs spécifiques à l'acceptation de l'identité homosexuelle et de l'acceptation de l'identité paternelle à la variabilité de l'intégration de ces deux identités chez les pères gais. Nous terminons avec l'examen de la contribution des caractéristiques individuelles et sociales à l'intégration identitaire des pères gais. Nos résultats montrent que, comparés aux pères ayant des identités non intégrées, les pères ayant des identités intégrées présentent des degrés moins élevés de honte à l'égard de l'homosexualité. Ils sont proportionnellement plus nombreux à avoir divulgué leur orientation sexuelle à leur enfant et à avoir participé à un projet Gaybyboom. De plus, les pères ayant des identités intégrées rapportent des degrés plus élevés de compétence dans les tâches parentales et des degrés moins élevés de chaleur dans la relation avec leur enfant. Les pères ayant des identités intégrées rapportent également des degrés plus élevés d'adaptation psychologique et sont proportionnellement plus nombreux à cohabiter avec un conjoint. Finalement, ils rapportent davantage de soutien de la part de leur famille et de leurs amis. Une fois combinées, cinq de ces variables permettent de prédire la variabilité de l'intégration identitaire: la honte à l'égard de l'homosexualité, l'absence de divulgation à l'enfant, le fait d'avoir participé à un projet Gaybyboom, la compétence perçue dans les tâches parentales et la chaleur dans la relation avec l'enfant. La présente étude suggère que les pères gais sont confrontés à différents types de préjugés qui peuvent nuire à l'intégration de leurs identités homosexuelle et paternelle. Ces préjugés et leurs effets potentiels constituent des pistes d'intervention pour les intervenants en santé mentale qui oeuvrent auprès des pères gais. Cet article a été soumis pour publication à la Revue Canadienne des Sciences du Comportement. Les résultats de nos deux séries d'analyses sont intégrés dans une discussion générale qui clôt cette exigence doctorale. La contribution et les limites de l'étude sont discutées, et des pistes de recherche future sont proposées. ______________________________________________________________________________ MOTS-CLÉS DE L’AUTEUR : Homosexualité, Paternité, Père gai, Projet parental, Identité, Intégration identitaire, Hétérosexisme, Sexisme, Machisme, Homophobie intériorisée, Implication paternelle.
10

Exploration de l'expérience de la violence homophobe chez des hommes homosexuels

Fluet, Carol January 2008 (has links)
Mémoire numérisé par la Division de la gestion de documents et des archives de l'Université de Montréal.

Page generated in 0.0288 seconds