• Refine Query
  • Source
  • Publication year
  • to
  • Language
  • 7
  • 3
  • 1
  • Tagged with
  • 11
  • 5
  • 5
  • 4
  • 4
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 3
  • 2
  • About
  • The Global ETD Search service is a free service for researchers to find electronic theses and dissertations. This service is provided by the Networked Digital Library of Theses and Dissertations.
    Our metadata is collected from universities around the world. If you manage a university/consortium/country archive and want to be added, details can be found on the NDLTD website.
1

Corpos impossíveis : a (des)ordem do corpo e a ambivalência da língua no discurso transexual

Cassana, Mônica Ferreira January 2016 (has links)
Dans ce travail, nous lançons un regard au discours des sujets transsexuels, en analysant théoriquement la relation entre langue et corps pour la constitution de ce discours (im)possible. La constitution d’un corps qui ne correspond pas aux sens stabilisés exprimés par les signifiants institués et stabilisés “homme” et “femme” nous ramène au questionemment sur la constitution d’un sujet qui situe son corps dans un entrelieu entre les positions binaires de genre reconnues et légitimées dans notre formation sociale. Basés aux préssupposés de la théorie de l’Analyse du Discours de ligne française, établie par Michel Pêcheux, nous analysons un corpus constitué par discours de sujets transsexuels produits à partir d’entretiens journalistiques diffusées sur des chaînes gratuites de télévision brésilienne. À partir de cette analyse, nous questionnons comment la binarité du corps transsexuel qui échappe à ce qui est déterminé dans le discours dominant sur la sexualité, produit par le discours médicoscientifique possède aussi une relation constitutive avec le discours de ces sujets, parmi lequel ils parlent d’euxmêmes à partir du regard de l’autre. En rapportant le dispositif théorique et le dispositif analytique, qui se complètent à travers un mouvement pendulaire, nous délinéons et dénommons la formation discursive d’ordre du corps, qui se soutien sur des discours médico-scientifiques et juridiques, lesquels instituent des normes et procédures pour que ce corps ait sens dans la formation sociale, en comprenant la relation entre langue et corps dans la constitution d’un discours légitime (du) transsexuel. De tels mouvements de constitution du discours transsexuel peuvent être analysés à partir des relations entre les positions-sujets, nommées dans ce travail comme positionsujet d’explication du corps et positionsujet de légitimation du corps. Ainsi, chaque chapitre s’organise de façon à comprendre ce parcours, en explicitant la relation qui s’inscrit à partir de la langue, dans la constitution du discours des sujets transsexuels, dans un ordre compris comme l’ordre de l’impossible, une fois que de tels corps réalisent un discours de résistance au binarisme produit par le discours de l’ordre et échappent à la logique instituée et dominante. / Neste trabalho, lançamos um olhar para o discurso de sujeitos transexuais, analisando teoricamente a relação entre língua e corpo para a constituição desse discurso (im)possível. A constituição de um corpo que não corresponde aos sentidos estabilizados expressos pelos significantes instituídos e estabilizados “homem” e “mulher” leva-nos ao questionamento sobre a constituição de um sujeito que situa seu corpo em um entre-lugar entre as posições binárias de gênero reconhecidas e legitimadas em nossa formação social. Baseados nos pressupostos da teoria da Análise de Discurso de linha francesa, fundamentada por Michel Pêcheux, analisamos um corpus constituído por discursos de sujeitos transexuais produzidos a partir de entrevistas jornalísticas veiculadas na televisão aberta brasileira. A partir dessa análise, questionamos como a não binaridade do corpo transexual – que escapa ao determinado no discurso dominante sobre a sexualidade, produzido pelo discurso médico-científico – também possui uma relação constitutiva com o discurso desses sujeitos, através do qual falam de si mesmos a partir do olhar do outro. Relacionando o dispositivo teórico e o dispositivo analítico, que se complementam através de um movimento pendular, delineamos e nomeamos a formação discursiva de ordem do corpo, a qual se sustenta sobre discursos médico-científicos e jurídicos, que instituem normas e procedimentos para que esse corpo faça sentido na formação social, entendendo a relação entre língua e corpo na constituição de um discurso legítimo (do) transexual. Tais movimentos de constituição do discurso transexual podem ser analisados a partir das relações entre as posições-sujeito, nomeadas neste trabalho como posição-sujeito de explicação do corpo e posição-sujeito de legitimação do corpo. Cada capítulo, portanto, organiza-se de forma a entender esse percurso, explicitando a relação que se inscreve a partir da língua, na constituição do discurso dos sujeitos transexuais, numa ordem entendida como a ordem do impossível, uma vez que tais corpos efetuam um discurso de resistência ao binarismo produzido pelo discurso de ordem e escapam à lógica instituída e dominante.
2

Corpos impossíveis : a (des)ordem do corpo e a ambivalência da língua no discurso transexual

Cassana, Mônica Ferreira January 2016 (has links)
Dans ce travail, nous lançons un regard au discours des sujets transsexuels, en analysant théoriquement la relation entre langue et corps pour la constitution de ce discours (im)possible. La constitution d’un corps qui ne correspond pas aux sens stabilisés exprimés par les signifiants institués et stabilisés “homme” et “femme” nous ramène au questionemment sur la constitution d’un sujet qui situe son corps dans un entrelieu entre les positions binaires de genre reconnues et légitimées dans notre formation sociale. Basés aux préssupposés de la théorie de l’Analyse du Discours de ligne française, établie par Michel Pêcheux, nous analysons un corpus constitué par discours de sujets transsexuels produits à partir d’entretiens journalistiques diffusées sur des chaînes gratuites de télévision brésilienne. À partir de cette analyse, nous questionnons comment la binarité du corps transsexuel qui échappe à ce qui est déterminé dans le discours dominant sur la sexualité, produit par le discours médicoscientifique possède aussi une relation constitutive avec le discours de ces sujets, parmi lequel ils parlent d’euxmêmes à partir du regard de l’autre. En rapportant le dispositif théorique et le dispositif analytique, qui se complètent à travers un mouvement pendulaire, nous délinéons et dénommons la formation discursive d’ordre du corps, qui se soutien sur des discours médico-scientifiques et juridiques, lesquels instituent des normes et procédures pour que ce corps ait sens dans la formation sociale, en comprenant la relation entre langue et corps dans la constitution d’un discours légitime (du) transsexuel. De tels mouvements de constitution du discours transsexuel peuvent être analysés à partir des relations entre les positions-sujets, nommées dans ce travail comme positionsujet d’explication du corps et positionsujet de légitimation du corps. Ainsi, chaque chapitre s’organise de façon à comprendre ce parcours, en explicitant la relation qui s’inscrit à partir de la langue, dans la constitution du discours des sujets transsexuels, dans un ordre compris comme l’ordre de l’impossible, une fois que de tels corps réalisent un discours de résistance au binarisme produit par le discours de l’ordre et échappent à la logique instituée et dominante. / Neste trabalho, lançamos um olhar para o discurso de sujeitos transexuais, analisando teoricamente a relação entre língua e corpo para a constituição desse discurso (im)possível. A constituição de um corpo que não corresponde aos sentidos estabilizados expressos pelos significantes instituídos e estabilizados “homem” e “mulher” leva-nos ao questionamento sobre a constituição de um sujeito que situa seu corpo em um entre-lugar entre as posições binárias de gênero reconhecidas e legitimadas em nossa formação social. Baseados nos pressupostos da teoria da Análise de Discurso de linha francesa, fundamentada por Michel Pêcheux, analisamos um corpus constituído por discursos de sujeitos transexuais produzidos a partir de entrevistas jornalísticas veiculadas na televisão aberta brasileira. A partir dessa análise, questionamos como a não binaridade do corpo transexual – que escapa ao determinado no discurso dominante sobre a sexualidade, produzido pelo discurso médico-científico – também possui uma relação constitutiva com o discurso desses sujeitos, através do qual falam de si mesmos a partir do olhar do outro. Relacionando o dispositivo teórico e o dispositivo analítico, que se complementam através de um movimento pendular, delineamos e nomeamos a formação discursiva de ordem do corpo, a qual se sustenta sobre discursos médico-científicos e jurídicos, que instituem normas e procedimentos para que esse corpo faça sentido na formação social, entendendo a relação entre língua e corpo na constituição de um discurso legítimo (do) transexual. Tais movimentos de constituição do discurso transexual podem ser analisados a partir das relações entre as posições-sujeito, nomeadas neste trabalho como posição-sujeito de explicação do corpo e posição-sujeito de legitimação do corpo. Cada capítulo, portanto, organiza-se de forma a entender esse percurso, explicitando a relação que se inscreve a partir da língua, na constituição do discurso dos sujeitos transexuais, numa ordem entendida como a ordem do impossível, uma vez que tais corpos efetuam um discurso de resistência ao binarismo produzido pelo discurso de ordem e escapam à lógica instituída e dominante.
3

Du masculin au féminin: identités trans et intersexuelle dans quatre œuvres littéraires et cinématographiques contemporaines (Canada, 1987- 2012)

Dumont, Catherine January 2015 (has links)
La pensée hétéronormative n’admet que deux sexes, mâle et femelle, auxquels correspondent deux genres, masculin et féminin. Sur l’horizon contemporain qui est le nôtre, certains individus refusent toutefois ces fatalités et décident de changer de sexe et/ou de genre, ou alors de le choisir (dans le cas des personnes intersexuées). Ce mémoire se penche sur les représentations de ces identités dites problématiques dans quelques œuvres littéraires et filmiques contemporaines. Parmi les œuvres illustrant des personnages transitant d’un sexe et/ou d’un genre à l’autre, force est de constater que le passage du masculin au féminin est le plus souvent représenté. Ainsi en est-il des romans Le sexe des étoiles (1989) de Monique Proulx, Self (1998) de Yann Martel, Annabel (2010) de Kathleen Winter et du film Laurence Anyways (2012) de Xavier Dolan, qui mettent respectivement en scène les figures du transsexuel, du « transtextuel », de l’intersexué et du transgenre. Considérant que le statut des femmes est encore aujourd’hui plus précaire et plus globalement désavantagé que celui des hommes, nous cherchons à comprendre, dans ce mémoire, la façon dont la diégèse explique le choix des personnages masculins à vouloir performer le genre féminin. Nous identifions également les changements qui affectent le statut de ces personnages passant du masculin au féminin. Plus précisément, nous cherchons à vérifier si ce passage s’accompagne d’une déchéance et, si oui, sur quel(s) plan(s) cette déchéance s’exprime-t-elle. Mobilisant les théories féministes, constructionnistes et matérialistes, l’analyse de chaque œuvre s’articule autour des trois axes suivants: le discours entourant le système de sexe genre présent dans les « textes », le rapport au masculin et au féminin qu’entretiennent chacun des personnages et, finalement, les conditions économique, matérielle, sociale et symbolique de chacun de ceux-ci à la suite de leur transition.
4

Corpos impossíveis : a (des)ordem do corpo e a ambivalência da língua no discurso transexual

Cassana, Mônica Ferreira January 2016 (has links)
Dans ce travail, nous lançons un regard au discours des sujets transsexuels, en analysant théoriquement la relation entre langue et corps pour la constitution de ce discours (im)possible. La constitution d’un corps qui ne correspond pas aux sens stabilisés exprimés par les signifiants institués et stabilisés “homme” et “femme” nous ramène au questionemment sur la constitution d’un sujet qui situe son corps dans un entrelieu entre les positions binaires de genre reconnues et légitimées dans notre formation sociale. Basés aux préssupposés de la théorie de l’Analyse du Discours de ligne française, établie par Michel Pêcheux, nous analysons un corpus constitué par discours de sujets transsexuels produits à partir d’entretiens journalistiques diffusées sur des chaînes gratuites de télévision brésilienne. À partir de cette analyse, nous questionnons comment la binarité du corps transsexuel qui échappe à ce qui est déterminé dans le discours dominant sur la sexualité, produit par le discours médicoscientifique possède aussi une relation constitutive avec le discours de ces sujets, parmi lequel ils parlent d’euxmêmes à partir du regard de l’autre. En rapportant le dispositif théorique et le dispositif analytique, qui se complètent à travers un mouvement pendulaire, nous délinéons et dénommons la formation discursive d’ordre du corps, qui se soutien sur des discours médico-scientifiques et juridiques, lesquels instituent des normes et procédures pour que ce corps ait sens dans la formation sociale, en comprenant la relation entre langue et corps dans la constitution d’un discours légitime (du) transsexuel. De tels mouvements de constitution du discours transsexuel peuvent être analysés à partir des relations entre les positions-sujets, nommées dans ce travail comme positionsujet d’explication du corps et positionsujet de légitimation du corps. Ainsi, chaque chapitre s’organise de façon à comprendre ce parcours, en explicitant la relation qui s’inscrit à partir de la langue, dans la constitution du discours des sujets transsexuels, dans un ordre compris comme l’ordre de l’impossible, une fois que de tels corps réalisent un discours de résistance au binarisme produit par le discours de l’ordre et échappent à la logique instituée et dominante. / Neste trabalho, lançamos um olhar para o discurso de sujeitos transexuais, analisando teoricamente a relação entre língua e corpo para a constituição desse discurso (im)possível. A constituição de um corpo que não corresponde aos sentidos estabilizados expressos pelos significantes instituídos e estabilizados “homem” e “mulher” leva-nos ao questionamento sobre a constituição de um sujeito que situa seu corpo em um entre-lugar entre as posições binárias de gênero reconhecidas e legitimadas em nossa formação social. Baseados nos pressupostos da teoria da Análise de Discurso de linha francesa, fundamentada por Michel Pêcheux, analisamos um corpus constituído por discursos de sujeitos transexuais produzidos a partir de entrevistas jornalísticas veiculadas na televisão aberta brasileira. A partir dessa análise, questionamos como a não binaridade do corpo transexual – que escapa ao determinado no discurso dominante sobre a sexualidade, produzido pelo discurso médico-científico – também possui uma relação constitutiva com o discurso desses sujeitos, através do qual falam de si mesmos a partir do olhar do outro. Relacionando o dispositivo teórico e o dispositivo analítico, que se complementam através de um movimento pendular, delineamos e nomeamos a formação discursiva de ordem do corpo, a qual se sustenta sobre discursos médico-científicos e jurídicos, que instituem normas e procedimentos para que esse corpo faça sentido na formação social, entendendo a relação entre língua e corpo na constituição de um discurso legítimo (do) transexual. Tais movimentos de constituição do discurso transexual podem ser analisados a partir das relações entre as posições-sujeito, nomeadas neste trabalho como posição-sujeito de explicação do corpo e posição-sujeito de legitimação do corpo. Cada capítulo, portanto, organiza-se de forma a entender esse percurso, explicitando a relação que se inscreve a partir da língua, na constituição do discurso dos sujeitos transexuais, numa ordem entendida como a ordem do impossível, uma vez que tais corpos efetuam um discurso de resistência ao binarismo produzido pelo discurso de ordem e escapam à lógica instituída e dominante.
5

Sexe et laïcité. L'égalité sexuelle comme critère fondamental de laïcité du droit

Rubel, Nathalie 18 February 2009 (has links) (PDF)
Dans l'État républicain théoriquement et rhétoriquement fondé en liberté et en égalité, l'égalité sexuelle reste problématique. L'égalité des sexes et surtout l'égalité des sexualités sont comme institutionnellement inconcevables. Les réponses législatives apportées aux revendications de la société civile sont souvent ambiguës (changement de sexe civil, PaCS, parité etc.) et marquées par des résistances traditionalistes, au fond plus religieuses que symboliques. En analysant le contrat social par le prisme du contrat de mariage, on peut montrer qu'après 1789 le droit civil n'a pas fait sa révolution et qu'il tient, malgré son volontarisme, au " droit de la nature ". L'État ne renonce pas à la différenciation sexuelle inscrite dans la Genèse et le droit canonique, puis sécularisée par Rousseau. Les femmes sont durablement frappées d'une double incapacité, civile et civique. Cependant, en séparant la famille et la Cité, Rousseau sépare le privé et le public et contribue à la conception de la laïcité. Les différences interindividuelles doivent rester au privé ; le public est l'espace de l'égalité indifférenciée des citoyens. Or l'état civil impose dès la naissance une " religion des deux sexes ", aujourd'hui contredite par les modes de vie et même la biologie. Cette forme de religion d'État a des conséquences discriminatoires par ses interdits (parenté homosexuelle...) et ses prescriptions (réassignation des intersexué-e-s...). Il serait logique que l'État laïque renonce à sexuer les citoyens. Mais peut-être que beaucoup d'individus, en crise conjugale et nationale, ont besoin d'y croire encore, la fiction de communauté édénique tenant alors lieu de partition de réenchantement.
6

Image de la femme transsexuelle dans Transamerica

Boucher, Patrick 11 1900 (has links)
La transsexualité et son image représentent pour plusieurs une subversion ou une transgression de la binarité du genre. L’image de la transsexualité est souvent considérée en termes de représentation. Afin de questionner cette image transsexuelle, sa subversivité, sa transgressivité et même sa représentabilité, on tentera de la regarder autrement. Ce mémoire propose d'étudier l'image audiovisuelle de la transsexualité comme figure. Pour définir la figure, on la distinguera d'un autre concept esthétique : la représentation. Par l'analyse d'un film, Transamerica (2005), réalisé par Duncan Tucker, on verra comment certaines modalités donnent à voir la figure trans. Suite à cette analyse de la figure au cinéma, on rendra compte de la manière avec laquelle on a poursuivi, au moyen de la vidéo, la recherche qui concerne la question de la figure trans. / Transsexuality and its depiction represent for many a subversion or transgression of gender binarity. Transsexuality’s depiction is oftenly regarded as representation. In order to question this transsexuality's depiction, its subversivity, its transgressivity, and even its representability, we will attempt to look at it otherwise. This thesis discusses transsexual audiovisual image as figure. To define what figure is, a distinction will be made between this term and another concept of aesthetics: representation. By means of a filmic analysis of Transamerica, directed by Duncan Tucker, we shall see how some modalities allow trans figure to appear. After this cinematic figure's study, we will give an account of the manner by which we pursued in a video production the research concerning the question about trans figure.
7

La normativité corporelle sous le bistouri : (re)penser l’intersectionnalité et les solidarités entre les études féministes, trans et sur le handicap à travers la transsexualité et la transcapacité

Baril, Alexandre 20 November 2013 (has links)
Cette recherche se situe à la jonction des études féministes, trans et sur la production du handicap. Elle s’intéresse aux limites des analyses féministes intersectionnelles et leurs difficultés à considérer certains axes identitaires, telles l’identité de genre et les capacités, à travers l’analyse de deux cas de figure de modifications corporelles, soit la transsexualité et la transcapacité (transformation visant à acquérir un handicap). Cette thèse s’articule autour de la question suivante : quels sont les angles morts des analyses intersectionnelles et comment pouvons-nous y remédier? Pour répondre à cette question, cette thèse propose trois objectifs : 1) Participer aux questionnements critiques entourant certaines limites des analyses féministes intersectionnelles pour en diversifier les axes à partir de l’identité de genre et des capacités; 2) Remettre en question les présupposés conceptuels et les privilèges cisgenristes et (cis)capacitistes qui sous-tendent les discours négatifs entourant ces modifications corporelles et mettre en valeur les points de convergence entre les mouvements féministes, transactivistes et anticapacitistes pour instaurer des dialogues et des solidarités entre eux; 3) Fournir un modèle enrichi de l’intersectionnalité pouvant être déployé en études féministes, trans et sur la production du (trans)handicap, apte à répondre aux nouvelles revendications de justice de groupes opprimés, comme celles des personnes transsexuelles et transcapacitaires. À l’aide d’une méthodologie alliant l’analyse critique de discours, l’analyse archéologique et généalogique, les discours négatifs de certaines féministes et d’autres scientifiques sur ces transformations corporelles sont cartographiés et critiqués. Les réflexions présentées ici, s’inscrivant dans une approche poststructuraliste et queer, ne proposent pas une recherche des « origines » et des motivations de la transsexualité et de la transcapacité, mais plutôt une étude des discours négatifs vis-à-vis ces phénomènes et des systèmes normatifs qui sous-tendent ces discours. C’est sous cet angle que cette recherche constitue un apport important aux champs des savoirs, tant sur le plan théorique, normatif que politique : en se penchant sur deux cas de figure « extrêmes », elle met en lumière les normativités corporelles des régimes dominants, notamment cisgenriste et (cis)capacitiste, occultées tant dans nos sociétés que dans nos mouvements sociaux.
8

Image de la femme transsexuelle dans Transamerica

Boucher, Patrick 11 1900 (has links)
La transsexualité et son image représentent pour plusieurs une subversion ou une transgression de la binarité du genre. L’image de la transsexualité est souvent considérée en termes de représentation. Afin de questionner cette image transsexuelle, sa subversivité, sa transgressivité et même sa représentabilité, on tentera de la regarder autrement. Ce mémoire propose d'étudier l'image audiovisuelle de la transsexualité comme figure. Pour définir la figure, on la distinguera d'un autre concept esthétique : la représentation. Par l'analyse d'un film, Transamerica (2005), réalisé par Duncan Tucker, on verra comment certaines modalités donnent à voir la figure trans. Suite à cette analyse de la figure au cinéma, on rendra compte de la manière avec laquelle on a poursuivi, au moyen de la vidéo, la recherche qui concerne la question de la figure trans. / Transsexuality and its depiction represent for many a subversion or transgression of gender binarity. Transsexuality’s depiction is oftenly regarded as representation. In order to question this transsexuality's depiction, its subversivity, its transgressivity, and even its representability, we will attempt to look at it otherwise. This thesis discusses transsexual audiovisual image as figure. To define what figure is, a distinction will be made between this term and another concept of aesthetics: representation. By means of a filmic analysis of Transamerica, directed by Duncan Tucker, we shall see how some modalities allow trans figure to appear. After this cinematic figure's study, we will give an account of the manner by which we pursued in a video production the research concerning the question about trans figure.
9

Psychosociologie de l'empowerment : le cas des prostituées transgenre sudaméricaines à Paris / Psychosociology of empowerment : the exemple of transgender South American sex workers in Paris

Andreotti martin, Rafael 04 December 2015 (has links)
Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre de la psychosociologie, de la microsociologie et de l’anthropologie sociale. Nous envisageons l’étude des liens sociaux développés au sein du collectif des prostituées transgenre migrantes d’Amérique du Sud dans la ville de Paris. Pour ce faire, nous devrons penser l’organisation sociale dans leurs pays d’origine ainsi que leurs trajectoires de migration. La subjectivité des personnes transgenre migrantes sera étudiée à différents niveaux : individuel, groupal et communautaire. Nous nous sommes ainsi servis de plusieurs catégories d’analyse comme la classe, la migration, la race, l’ethnie, etc. Nous considérons que l’adoption d’une identité de genre qui ne coïncide pas avec le genre attribué à la naissance mène les personnes transgenre à une place de stigmatisation sociale. En France, nous étudierons le passage du milieu de la prostitution au travail associatif. Nous cherchons à comprendre comment, à partir d’une proposition biopolitique précise de la part des pouvoirs publics (VIH), les acteurs sociaux vont négocier au niveau local une existence sociale possible, en-dehors du statut de « malade ». Cela nous conduira à des réflexions sur le changement du rôle de l’État et des acteurs sociaux à partir de la subjectivité moderne et contemporaine. / This research follows the principles of psychosociology, microsociology and social anthropology. It studies social bonds in communities of migrant transgender prostitutes from South America in Paris. In order to do that, we will start analyzing their social organization in their country of origins, and their migration trajectories. We will think three-level analysis for transgender migrant subjectivity : individual, groupal and community. We will also consider different categories such as class, migration, race, ethnicity, etc. We consider that assuming a gender identity different from the one assigned on birth implies for people a stigmatised social existence. In France, we are going to analyse the transition between two professional identities : from prostitution to self-help organizations. We are looking forward to understand how, following a biopolitical proposition from french government related to HIV, subjects try to negotiate in a local level, different identities beyond the « sick » labelling. This analysis will teach us the historical transitions between State and individual roles in modern and contemporary subjectivity.
10

La normativité corporelle sous le bistouri : (re)penser l’intersectionnalité et les solidarités entre les études féministes, trans et sur le handicap à travers la transsexualité et la transcapacité

Baril, Alexandre January 2013 (has links)
Cette recherche se situe à la jonction des études féministes, trans et sur la production du handicap. Elle s’intéresse aux limites des analyses féministes intersectionnelles et leurs difficultés à considérer certains axes identitaires, telles l’identité de genre et les capacités, à travers l’analyse de deux cas de figure de modifications corporelles, soit la transsexualité et la transcapacité (transformation visant à acquérir un handicap). Cette thèse s’articule autour de la question suivante : quels sont les angles morts des analyses intersectionnelles et comment pouvons-nous y remédier? Pour répondre à cette question, cette thèse propose trois objectifs : 1) Participer aux questionnements critiques entourant certaines limites des analyses féministes intersectionnelles pour en diversifier les axes à partir de l’identité de genre et des capacités; 2) Remettre en question les présupposés conceptuels et les privilèges cisgenristes et (cis)capacitistes qui sous-tendent les discours négatifs entourant ces modifications corporelles et mettre en valeur les points de convergence entre les mouvements féministes, transactivistes et anticapacitistes pour instaurer des dialogues et des solidarités entre eux; 3) Fournir un modèle enrichi de l’intersectionnalité pouvant être déployé en études féministes, trans et sur la production du (trans)handicap, apte à répondre aux nouvelles revendications de justice de groupes opprimés, comme celles des personnes transsexuelles et transcapacitaires. À l’aide d’une méthodologie alliant l’analyse critique de discours, l’analyse archéologique et généalogique, les discours négatifs de certaines féministes et d’autres scientifiques sur ces transformations corporelles sont cartographiés et critiqués. Les réflexions présentées ici, s’inscrivant dans une approche poststructuraliste et queer, ne proposent pas une recherche des « origines » et des motivations de la transsexualité et de la transcapacité, mais plutôt une étude des discours négatifs vis-à-vis ces phénomènes et des systèmes normatifs qui sous-tendent ces discours. C’est sous cet angle que cette recherche constitue un apport important aux champs des savoirs, tant sur le plan théorique, normatif que politique : en se penchant sur deux cas de figure « extrêmes », elle met en lumière les normativités corporelles des régimes dominants, notamment cisgenriste et (cis)capacitiste, occultées tant dans nos sociétés que dans nos mouvements sociaux.

Page generated in 0.0449 seconds